12 février 2006 7 12 /02 /février /2006 18:00


[article rédigé par Antonio, merci à lui !]

 

L'aventure scientifique et humaine, que l'on va trouver dans un pays puis partager

 

Jean-Louis Étienne, médecin, aventurier, écrivain

http://www.jeanlouisetienne.fr

 

Hervé Archambeau, correspondant pour Paris de "Connaissance du monde"

http://www.connaissancedumonde.com

 

Le fondateur de "Connaissance du monde" :

« En 1945 Camille Kiesgen a l'idée d'organiser à Paris, Salle Pleyel, puis en province, des séries de conférences au cours desquelles de grands explorateurs viennent commenter en direct les films qu'ils ont tournés aux cours de leurs expéditions lointaines. »

(extrait de http://www.connaissancedumonde.com/editorial.php?Rub=23)

 

Dans les années 30, ceux qui furent à l'origine de "Connaissance du monde" en compagnie de Camille Kiesgen :

Jean-Baptiste Charcot, péri en mer en 1936
http://www.netmarine.net/bat/hydro/pourquoipas/celebre.htm

Paul-Émile Victor
http://www.paulemilevictor.fr

 

D'autres grands anciens de "Connaissance du monde" :

Commandant Jacques-Yves Cousteau
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques-Yves_Cousteau

Haroun Tazieff
http://fr.wikipedia.org/wiki/Haroun_Tazieff

Maurice et Katia Kraft, victimes du volcan Unzen
http://www.imagesdevolcans.fr/krafft.aspx

Les ciné-conférences "Connaissance du monde" :

« Depuis 1945, la plus grande organisation internationale de ciné-conférences propose de partager des aventures captivantes avec ceux qui les ont vécues. En effet, lors des projections, le réalisateur / conférencier commente en direct ses propres images et fait ainsi revivre son aventure au fil du récit. Cela fait toute l’originalité de la formule "Connaissance du Monde" : c’est l’enrichissement de la rencontre entre le réalisateur et son public. »

(extrait de http://www.connaissancedumonde.com/dossier_presse.php?Rub=55)

 

Furent évoqués :

 

La Société de géographie
http://www.socgeo.org

 

La Société des explorateurs et des voyageurs français
http://www.societe-explorateurs-francais.com

 

Jean-Louis Étienne :
"Le marcheur du Pôle"
"Le pôle intérieur"

 

 

ciné-conférence "Les mystères de Clipperton", laboratoire de l'évolution

http://www.connaissancedumonde.com/actualites.php?Rub=33&act_id=32

Le 28 février 2006 à 15h30 et 20h30 au Gaumont-Alesia,
73, avenue du Général Leclerc, 75014 Paris
Tél. 08 92 69 66 96
Réservations :
http://radical.fnacspectacles.com/descente.do?noeud=304283400729002366

 

Croisière "De l'atoll de Clipperton à l'Océan Glacial Arctique"
http://www.tmrfrance.com/croisieres/fiche_croisiere.php?croisiere_id=54

 

Un prédécésseur : Roald Amundsen à bord du dirigeable Le Norge (1926)

http://www.transpolair.com/explorateurs/amundsen/22051926.htm

 

Un message de Jean-Louis Etienne qui cite le proverbe chinois :

« L'expérience, c'est une lanterne qu'on a dans le dos et qui éclaire le chemin parcouru »

 

Voir aussi LJ Didier Rochard 8/1 au cours de laquelle Hervé Archambeau fut l'interlocuteur de Didier Rochard.


 

Chronique de Mélisande Chauveau, "Raconte-moi la musique" : Mozart, septième épisode

 

Suite à la déconvenue parisienne, le 26 septembre 1778, tel le fils prodigue et néanmoins prodige, Wolfgang reprend le chemin de Salzbourg où il arrive mi-janvier 1779. Il est nommé organiste de la Cour, avec un salaire très honorable, mais le prince archevêque, le comte Colloredo le traite toujours en domestique. Salzbourg est une ville où l'on n'entend rien à la musique, il n'y a pas de théâtre, pas d'opéra. Cette période sera quand même très féconde pour Wolfgang : Messe du Couronnement, Concerto pour deux pianos, Symphonie concertante pour violon et alto, divers oratorios et symphonies menant jusqu'au K400.
Une bonne nouvelle de Munich : à l'automne 1780, l'Électeur de Bavière commande un opéra pour le carnaval de 1781, ça sera "Idomeneo , rè di Creta". Colloredo ne peut pas faire moins que lui accorder un congé de six semaines pour préparer l'opéra à Munich. Ça sera un triomphe, mais un feu de paille... En tout cas, quatre mois se sont passés et Wolfgang est toujours à Munich, alors que de son côté, Colloredo se trouvait à Vienne où il convoque Wolfgang. Les oeuvres de ce dernier y connaissent le succès : en échange de quoi, Colloredo lui ordonne de rentrer à Salzbourg. A ton tour, excédé, après de violents échanges verbaux, Wolfgang donne sa démission le 9 mai 1781, malgré les tentatives de rappel au calme de la part de son père. Le 8 juin, le comte Arco libéra "officiellement" Wolfgang par un coup de pied dans le derrière (ce qui valut au comte d'avoir son blason entaché...) A 25 ans, Wolfgang est libre. Une première : les musiciens étaient alors toujours au service d'un Grand.

 

 

Extraits entendus au cours de l'émission :

Concerto pour piano N° 21 (l'andante)
Symphonie N° 40 (l'allegro molto)
L'enlèvement au sérail (l'ouverture et un air)
Le concerto pour clarinette (le rondo)


 

Une nouveauté discographique : les sept sonates pour flûte et clavecin de Jean-Sebastien Bach

Le travail de l'interprétation, de l'ornementation, l'incarnation de la vibration, le son naturel

 

Gabriel Fumet

http://gfumet.free.fr
http://www.theatreonline.com/indexation/a/detail_artiste7618.asp

 

A l'attention des baroqueux : évitez de remplacer votre belle flûte Boehm en argent par une flûte en bois au prétexte que Bach devrait être joué avec des instruments d'époque !

 

"Intégrale de l'œuvre pour flûte et clavecin" 
Gabriel Fumet à la flûte, Richard Siegel au clavecin

http://www.fnac.com/Shelf/article.asp?PRID=1803177
http://www.alapage.com/-/Fiche/MusiqueClassique/896082/

 

A propos de la dynastie Fumet (en anglais)
http://www.naxos.com/mainsite/default.asp?pn=Composers&char=F&ComposerID=364
http://www.musicweb-international.com/classrev/2001/Nov01/fumet.htm

 

L'orgue Cavaillé-Coll dont fut titulaire Raphaël Fumet, père de Gabriel

http://printempsdesorgues.free.fr/index.php?rb=2.instruments&pg=stjoseph

 

Extraits entendus successivement (à noter le somptueux vibrato de la flûte) :

Sonate N° 4 en Do majeur, BWV 1033
Sonate N° 6 en Mi majeur, BWV 1034 (l'adagio)
Sonate N° 1 en Si mineur, BWV 1030 (l'andante)
Sonate N° 5 en Mi mineur, BWV 1034 (l'adagio et l'allegro)
Sonate n° 2 en mi bémol majeur, BWV 1031 (la sicilienne)

 

A noter :

A la Sainte Chapelle à 19 heures, les 11, 12 et 13 Avril 2006
Gabriel Fumet et Richard Siegel donnent un concert Bach

 

catégorie : LJ Didier Rochard

Problème temporaire d'affichage

Grilles officielles : globale / sem. A B C D



RECHERCHES
»  dans ce blog : mots exacts seulement ~ avec plusieurs mots-clé, ajouter " AND " entre eux

» recherche « maison »

Archives

 
 
 
 
 
2005-06
2005-07
2005-08
2005-09
2005-10
2005-11
2005-12
2006-01
2006-02
2006-03
2006-04
2006-05
2006-06
2006-07
2006-08
2006-09
2006-10
2006-11
2006-12
2007-01
2007-02
2007-03
2007-04
2007-05
2007-06
2007-07
2007-08
2007-09
2007-10
2007-11
2007-12
2008-01
2008-02
2008-03
2008-04
2008-05
2008-06
2008-07
2008-08
2008-09
2008-10
2008-11
2008-12
   
2009-01
2009-02
2009-03
2009-04
2009-05
2009-06
2009-07
2009-08
2009-09
2009-10
2009-11
2009-12
2010-01
2010-02
2010-03
2010-04
2010-05
2010-06
2010-07
2010-08
2010-09
2010-10
2010-11
2010-12
2011-01
2011-02
2011-03
2011-04
2011-05
2011-06
2011-07
2011-08
2011-09
2011-10
2011-11
2011-12
2012-01
2012-02
2012-03
2012-04
2012-05
2012-06
2012-07
 
 
 
 
 
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -