12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 18:00


[article rédigé par Antonio, merci à lui !]

 

la médecine naturelle

les virus d'aujourd'hui

 

Jean-Pierre Willem, médecin anthropologue, fondateur et président de "Médecins aux pieds nus", cofondateur de "Médecins sans frontières".

 (JPW est à gauche)

http://www.mapn.org/folder.2006-02-21.8473922920/le-fondateur/

Médecins aux pieds nus
9, rue du Général Beuret
75015 Paris
01 42 50 10 58
http://www.mapn.org
infomapn.org

 

A noter que Jean-Luc de Carbuccia a reçu JPW le dimanche 14 août 2005 (Journal de Lumière 101)

Le Dr Jean-Pierre Willem, médecin et chirurgien, est l'initiateur du concept d'ethnomédecine, synthèse entre la médecine occidentale et les thérapeutiques traditionnelles et naturelles des différents pays.
 
Un entretien avec JPW
http://www.science-et-magie.com/archives01/willem01

JPW cite Hippocrate : « le bon thérapeute, c'est celui qui guérit » et se bat parce que le combat est bon.

JPW défend une médecine alternative, naturelle, qui n'est pas une médecine douce (ça n'est pas de la tisane !)
Il ne s'agit pas d'une médecine parallèle (dans un univers euclidien, les parallèles ne se rejoignent pas)
Cette médecine naturelle n'utilise que des produits naturels : 0-chimie.
La médecine doit tenir compte de la spécificité de chaque homme (dimension anthropologique). Le drame est que l'on veut l'uniformiser pour mieux la dominer (industrialisation du médicament par les gros laboratoires, à des fins lucratives, pour vendre au plus grand nombre).
Le pétrole et les gros laboratoires mènent donc la danse, relayés par les gros médias (ce qui n'empêche pas JPW de soigner des gens de ce monde-là !)
On en arrive à une médecine des catacombes, on ne peut pas dire qui, à Paris par exemple, soigne le cancer par la médecine naturelle. JPW donne des protocoles en cachette à ses confrères. L'enjeu est dramatique.

Les patrons de la médecine officielle ne connaissent pas la médecine naturelle : pour eux, les tenants des médecines naturelles constituent donc une secte. Cela dit, JPW a la parade puisqu'il est catholique ! Aujourd'hui, la médecine officielle a tendance à privilégier l'avoir sur l'être : l'homme doit être productif, corollaire de ce qui précède.

"Les Huiles essentielles", entre autres, pour attaquer les virus !



Attention à ne pas jouer soi-même avec les huiles essentielles. Intervient la réaction spécifique de chacun (idiosyncrasie)
Attention aussi aux marchands du temple et des profiteurs qui préfèrent fabriquer des produits chers quand des produis peu onéreux suffiraient.
Pour leur part, certains pharmaciens n'hésitent pas à faire 2 ou 3 fois la bascule...

Les matériels actuels ne sont actuellement pas assez performants pour comprendre l'efficacité d'un arnica 30 ch.

 

Les grandes peurs :

 

La grippe aviaire : Les vaccins supposés avoir été rachetés à l'armée américaine en 2003 sont déjà obsolètes (les virus évoluent...)
Les solutions apportées en 1977 par JPW au Viêt-Nam où les chinois élevaient de la volaille et il y avait grippe aviaire : huiles essentielles de thym et cardamone.
http://soignez-vous.com/?pg=2.php&id=159

"Médecin au Viêt-Nam en feu"

4e de couverture :

L’attrait de l’aventure et un tempérament généreux ont incité l’étudiant en médecine Jean-Pierre WILLEM à servir pendant ses vacances universitaires dans une S.A.S. en Algérie, puis à l’hôpital de Libreville au Gabon. Un après-midi, il arrive à Lambaréné pour visiter l’hôpital du Docteur Schweitzer. Séduit par le Vieux Maître, il reste six mois auprès de lui, jusqu’à son service militaire. Cet épisode va orienter désormais son existence.

En 1968, son diplôme de docteur en médecine en poche, Jean-Pierre WILLEM débarque au Vietnam sur la Plantation des Terres Rouges. Il y découvre les horreurs de la guerre à chaque assaut des Viêt-Congs contre la base américaine voisine. Puis il exerce sur la plantation de Chup, au Cambodge. Là, en 1970, il assiste au coup d’état qui renverse le gouvernement de Sihanouk, au massacre de communautés vietnamiennes installées dans le pays, à la fuite de ces populations pourchassées et à la « libération » des plantations par les khmers rouges et les nord-vietnamiens.

Jean-Pierre WILLEM rejoint alors au Vietnam les rescapés de l’enfer cambodgien, lesquels se heurtent dans leur propre pays à un monde hostile. Il s’occupe de milliers d’entre eux entassés dans des camps de réfugiés. Après des remplacements à l’hôpital militaire de Saïgon, il doit accepter un poste dans une société pharmaceutique, les autorités vietnamiennes lui refusant l’autorisation d’exercer la médecine. Ainsi, est-ce clandestinement, jusqu’à la fin de cette guerre désincarnée, qu’il va consacrer son temps libre à soulager les souffrances et la misère dans les camps de réfugiés, des orphelinats et des asiles.

En 1975, tandis que les chars nord-vietnamiens assiègent Saïgon, il continue à parcourir les routes pour réconforter ceux qui fuient devant les ruées des blindés. D’un balcon de l’hôtel Grall, il voit décoller les derniers hélicoptères américains. Puis il assiste à la chute de la ville, à l’entrée des troupes victorieuses et à leur prise en main de la population. Le nouveau  régime refusant l’aide désintéressée des médecins occidentaux, pour le docteur WILLEM comme pour ses quelques confrères restés à Saïgon, l’heure du départ a sonné...

« MÉDECIN AU VIETNAM EN FEU » est le témoignage bouleversant d’un homme entièrement voué au caractère humanitaire de sa profession sur le calvaire du peuple vietnamien, particulièrement sur ceux dont on parle peu dans les livres de guerre : les femmes ; les enfants, les vieillards et les réfugiés.



Diffuseurs pour combattre le SRAS, et la grippe aviaire : les hôtesses de l'air s'en servent en Asie. Les éleveurs qui écoutent JPW s'en servent aussi : inutile de détruire le cheptel...

 

Le chikungunya ("l'homme courbé") connu déjà en Tanzanie en 1952. Il se transmet par piqûre du moustique Aedes albopictus, déjà présent en Camargue : attendons que le climat se réchauffe, on va le voir se manifester...
La maladie peut revêtir des formes auto-immunes ("ça n'en finit pas") : la médecine officielle n'a pas de traitement. De son côté, JPW a proposé un protocole, en vain...
Si vous avez de la famille à la Réunion, n'hésitez pas à écrire à JPW (via RC par exemple), il vous fera parvenir la formule, la boîte (prévoir 50€, mais attention, plus 105€ de taxes pour la Réunion, puisque c'est efficace !) Voir aussi les revues "Pratiques de santé" et "Santé Magazine" pour trouver le protocole. Par exemple, "Pratiques de santé" n°38 du 29 octobre 2005.

 

Le paludisme fait hélas partie du décor. Le traitement par les plantes est une fois de plus supérieur (exemple du Cochlospermum tinctorium qui donne plus de 90% de guérisons), mais on ne peut pas breveter une plante, donc les laboratoires s'en désintéressent.

JPW a mis au point une formule efficace pour la drépanocytose, maladie génétique. Il a été attaqué par les gens du génome qui veulent y arriver de leur côté. Moralité, JPW a donné la formule en catimini aux guérisseurs du Sahel, pays très touché.

 

Hépatites, SIDA : les huiles essentielles de la famille phénol et monoterpenol font miracle. Le drame des femmes du Sahel immigrées.

 

EN ORL (sinusites...) : l'eucalyptus radié
http://www.aroma-zone.com/aroma/ficheeucalyptusradiata.asp

Les vertus du citron, de la mandarine en conjugaison avec l'emploi d'un diffuseur
tél. : 02 99 80 00 16
fax : 02 99 80 19 02
aromalia35aol.com
http://www.aromalia.fr

L'homéopathie pour soigner la grippe, l'eupatorium perforatum (courbatures), etc.

La mégamine
http://www.medecine-autrement.com/site/categoriesHA/2produits/2mineraux/megamine.shtml

 

Furent évoqués certains médecins pratiquant une médecine naturelle et persécutés :

 

Dr Pierre Tubéry, embastillé

Dr Jean Seignalet (alimentation)
http://www.amessi.org/article.php3?id_article=569

Dr Jacques Benveniste
http://www.amessi.org/article.php3?id_article=710

 

Quelques liens :

 
Association "Médecins aux pieds nus"
http://www.mapn.org

 

Faculté de médecine naturelle
http://www.flmne.org/index.htm

 

"Pratiques de santé" :revue dans laquelle écrit JPW et dans laquelle il décrit le protocole de la grippe aviaire et de la chikungunya (on y trouve aussi les informations concernant le diabète, parkinson, etc. traités par les médecines naturelles, ou encore la constipation, les migraines, selon une approche "holistique", une médecine de terrain, adaptée à l'individu...
On peut commander 2 exemplaires gratuits : 01 44 84 85 09
Édité par Santé Port-Royal, tél : 01 44 84 85 09, fax : 01 42 00 56 92

 

http://soignez-vous.com

Index complet : http://soignez-vous.com/fichiers/Indexok-PDS-35-2005-2.pdf

 

Santé magazine
http://www.sante-mag.com

 

Ouvrages de JPW :

 

la série des Aroma


 

Fut également évoqué :

 

Albert Schweitzer, déclencheur de la vocation médicale de JPW après que celui-ci vit à 9 ans le film "Il est minuit Docteur Schweitzer" et qu'il rejoignit à 24 ans.

http://www.schweitzer.org
http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Schweitzer

 

Date à retenir :

Concert caritatif, le 25 mars 2006 à 20h30, au profit de l'association "Médecins aux pieds nus", pour l'achat de médicaments pour les enfants d'Afrique. On entendra des œuvres pour deux violons et piano et des œuvres pour soprano et piano.
Eglise de la Trinité
172, boulevard Vincent Auriol
75013 Paris
Réservation : 01 56 36 03 03


 

Chronique de Mélisande Chauveau, "Raconte-moi la musique" : Mozart, onzième et dernier épisode

 

Nous sommes en 1791. Wolfgang est un habitué du Mont-de-piété, financièrement c'est toujours la catastrophe. Faute de commandes pour des opéras, il en est réduit à composer pour les orgues de Barbarie...
Mais, début mars, son ami Schikaneder directeur et acteur de théâtre lui commande un opéra. Un négociant a en effet consenti un prêt de 2000 florins à Schikaneder au bord de la ruine, sous réserve que Wolfgang écrivît cet opéra : ce sera la Flûte enchantée. Un triomphe, avec 24 représentation en octobre, rapportant 8400 florins mais pratiquement rien pour Wolfgang. Ce voyou de Schikaneder vendit même la partition à de nombreuses scènes sans rien en dire...
Wolfgang est malade et ne sort plus de sa chambre. Il lui faut achever la Clémence de Titus, commande qui lui échut pour le couronnement de Léopold II et devant rapporter 200 ducats. Les délais sont très courts (6 semaines) et la tâche titanesque (26 morceaux à composer) : Wolfgang sous-traite les récitatifs à son élève Süssmayer.
Dans le même temps, se présente le fameux messager au regard sombre, maigre et vêtu de deuil venant passer commande du Requiem pour un client voulant garder l'anonymat. Une commande de l'Au-delà, pour Wolfgang lui-même ? Non, le commanditaire est le comte von Walsegg qui a la manie de faire passer pour siennes les oeuvres des autres.
Séjour à Prague pour la représentation de la Clémence de Titus qui fut un échec. Wolfgang repart pour Vienne, sachant qu'il ne reverrait plus ses chers amis pragois, les Dusek.
Wolfgang rumine toujours la vision de l'homme vêtu de deuil. Il est épuisé par le travail, les drogues, la quête d'un peu d'argent, il est rempli d'une lassitude mortelle et il lui faut pourtant travailler au Requiem. Constance qui était partie à Bade prend peur et veut mettre le Requiem sous clef. Wolfgang est persuadé que Salieri l'a fait empoisonner...
Le 4 décembre : répétition du Requiem dans la chambre de Wolfgang toujours alité. Il comprend qu'il ne poursuivra pas l'écriture et donne ses instructions à Süssmayer pour terminer la partition. La nuit de mort commence et à une heure du matin Wolfgang rendit l'âme.  
Il n'était pas fait pour se frotter au côté pratique des choses et pour voir venir les jaloux, les aigrefins, les usuriers et autres voyous. Il est mort victime des brutalités du Prince Colloredo et de sa suite, victime de la morgue ou de l'indifférence des grands qu'il a côtoyé. Il n'a pas eu la chance comme Léonard de Vinci, Goethe et plus tard Richard Wagner, d'être reconnu et protégé par un Prince fraternel.
C'était un être fin noble et sincère, une âme délicate, tournée vers la lumière, qui nous a tout donné.

 

 

Ivan Gobry : "Mozart et la Mort"


 

L'académie musicale à l'Abbaye de Mondaye, chez les moines Prémontrés, du 17 au 24 avril 2006

 

Amaury Sartorius, prêtre, maître de chapelle de la cathédrale de Versailles



Marc Leroy, organiste, historien du XVIIIe siècle (et accidentellement agrégé d'anglais)



Vincent Warnier, directeur du stage, titulaire des orgues de Saint-Etienne-du-Mont à Paris, présent dans cette émission par l'esprit, mais retenu par un concert au Havre

 

L'abbaye de Mondaye, centre liturgique et de rayonnement

 

L'orgue au quotidien
http://www.mondaye.com/article.php3?id_article=117

 

Stage d’orgue à l’Abbaye du 17 au 21 avril 2006 sous la direction de Vincent Warnier (titulaire des orgues de Saint-Etienne-du-Mont, Paris)

http://www.mondaye.com/article.php3?id_article=219

Thème du stage : Orgues et organistes en Allemagne et en France, au XVIIe et XVIIIe siècles, avec la présence permanente de Vincent Warnier, Amaury Sartorius et Marc Leroy.

 

Furent évoqués :

 

"Si Neauphle-le-Château m'était conté"

ISBN : 2-9520638-1-8
http://www.yvelines.fr/actu2004/communiques/112004_histloc.htm
http://www.neauphle-le-chateau.com/histo1.htm
http://bibliographienationale.bnf.fr/livres/cum_04.h/cadre944-17.html

cf. LJ Didier Rochard 25/12

 

Le 1er avril à 21h et le 2 avril à 16h30
Cathédrale de Versailles
Amaury Sartorius
Oratorio "Judas Machabée" de Haendel
Entrée libre, corbeille tendue à la sortie

Bulletin d'inscription pour le stage d'orgue à l'Abbaye de Mondaye (Calvados)
du 17 au 21 avril 2006
http://grande-musique.over-blog.com
Voir aussi le site de Mondaye :
http://www.mondaye.com
tél. : 02 31 92 58 11
Les auditeurs libres sont acceptés

On peut contacter Marc Leroy au 01 34 89 00 71

Date limite d'inscription : 30 mars

 

Programme du Printemps musical à l'Abbaye de Mondaye
http://www.mondaye.com/article.php3?id_article=235


 

Annonces de concerts et autres événements

 

Dimanche 19 mars 2006 à 16h30
Les grands airs religieux de l'Europe chrétienne
et les grands Ave Maria
en l'Eglise des Dominicains
222, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
Louis Mélennec de Beyre, baryton
Philippe Pélissier, Hautbois
Nicole Rivière, Orgue
Libre participation

Dimanche 19 mars, au Salon du livre, stand des éditions Séguier
Claude Gay signera le livre "René de Castéra"

cf. LJ Didier Rochard 18/12

 

catégorie : LJ Didier Rochard

Problème temporaire d'affichage

Grilles officielles : globale / sem. A B C D



RECHERCHES
»  dans ce blog : mots exacts seulement ~ avec plusieurs mots-clé, ajouter " AND " entre eux

» recherche « maison »

Archives

 
 
 
 
 
2005-06
2005-07
2005-08
2005-09
2005-10
2005-11
2005-12
2006-01
2006-02
2006-03
2006-04
2006-05
2006-06
2006-07
2006-08
2006-09
2006-10
2006-11
2006-12
2007-01
2007-02
2007-03
2007-04
2007-05
2007-06
2007-07
2007-08
2007-09
2007-10
2007-11
2007-12
2008-01
2008-02
2008-03
2008-04
2008-05
2008-06
2008-07
2008-08
2008-09
2008-10
2008-11
2008-12
   
2009-01
2009-02
2009-03
2009-04
2009-05
2009-06
2009-07
2009-08
2009-09
2009-10
2009-11
2009-12
2010-01
2010-02
2010-03
2010-04
2010-05
2010-06
2010-07
2010-08
2010-09
2010-10
2010-11
2010-12
2011-01
2011-02
2011-03
2011-04
2011-05
2011-06
2011-07
2011-08
2011-09
2011-10
2011-11
2011-12
2012-01
2012-02
2012-03
2012-04
2012-05
2012-06
2012-07
 
 
 
 
 
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -