28 mai 2006 7 28 /05 /mai /2006 17:00


[article rédigé par Antonio, merci à lui !]

 

L’Histoire de l’Indochine falsifiée

 

Pierre Quatrepoint, colonel, écrivain

Louis Constans, professeur émérite des universités, avocat, écrivain

 

 

 

Pierre Quatrepoint : "L’Aveuglement, De Gaulle face à l’Indochine"


ISBN : 2-913960-20-0

Éditions Rémi Perrin
46, rue Sainte-Anne
75002 Paris

L’ouvrage a pour objet de mettre en avant la responsabilité du général De Gaulle dans le déclenchement de la guerre d’Indochine.

Alors que les Japonais sont en Indochine depuis juin 1940, le drapeau français continuera à y flotter jusqu’à la fin de la guerre, grâce à l’amiral Jean Decoux, nommé gouverneur général de l’Indochine par le gouvernement de Vichy. L’Indochine n’est pas le vaisseau désemparé décrit par de Gaulle, l’amiral tient la barre fermement, de 1940 à 1945, sans chercher à déranger les nippons qui recommandent notamment de ne pas faire transiter de matériel américain à Haïphong. Mais, en 1944, les fidèles de De Gaulle incitent à la résistance. Des parachutages ont lieu à Lang Son, ce qui agace les Japs qui soupçonnent les Français de ne pas jouer le jeu. Janvier 1945, une flotte japonaise vient mouiller en face du cap Saint-Jacques et se fait bombarder par une escadre américaine. Par mesure de représailles, le 9 mars, les Japonais anéantissent la petite force militaire française. Pourtant, suite à l’interception et au décryptage des messages japonais lors des jours précédant ce funeste 9 mars, De Gaulle avait été mis au courant de ce qui se tramait, mais il avait laissé faire : « La France qui a perdu dans la résistance cent mille des siens n’aurait pas toléré que l’Indochine fut libérée sans le sacrifice de dix mille des siens... Il était essentiel que le conflit mondial ne s’achevât pas sans que nous fussions là aussi devenus des belligérants...Le sang versé sur le sol de l’Indochine nous serait un titre important... » (Mémoires). Cela, deux mois avant la capitulation japonaise, alors que l’administration française tenait le pays bien en main. De Gaulle a déclenché des faits de résistance qui ne lui seront d’aucun titre, alors qu’en contrepartie, l’armée et l’administration se feront décapiter, au sens propre comme au sens figuré.

1945 : De Gaulle veut envoyer Leclerc en Indochine. Surviennent les accords de Postdam qui interdisent aux Français de s’y rendre. Leclerc est bloqué par Mountbatten. Le 2 octobre 1945, Il parvient quand même à Saïgon.

Reddition du Japon : Le chef d’état-major japonais rend les armes et va voir l’amiral Decoux dans sa prison pour échanger les rôles, mais l’administration française gaulliste refuse. Les Annamites ne comprennent pas et nous perdons la face à leurs yeux. Paradoxalement, sur décision de Jean Cédile, Compagnon de la Libération, Commissaire de la République, les troupes françaises restent donc prisonnières des Japonais pourtant vaincus.

Et pourtant les Annamites nous acceptaient, simplement ils ne voulaient pas être des étrangers dans leur propre pays. Faute politique du Général De Gaulle qui n’a pas écouté ceux qui savaient : notamment Paul Mus, Pierre Messmer, lequel avait préconisé de lâcher le Tonkin en tant que colonie.

15 août 1945, De Gaulle nomme le vice-amiral Thierry d’Argenlieu Haut-commissaire de France et commandant en chef pour l’Indochine. Le commandant des troupes sera Leclerc, qui a tout fait pendant la guerre, tout réussi entre juillet 40 et juillet 45 et qui se retrouve maintenant sous les ordres de quelqu’un qui n’a rien fait, sinon tout raté (Douala, Dakar, le Pacifique...) Quand Leclerc demande une délégation de pouvoir, alors qu’il est seul et attend l’arrivée du vice-amiral, il aura droit de la part de ce denier à une fin de non recevoir. Il refusera du reste de remplacer d’Argenlieu, quand celui-ci sera de retour en France, une fois mise en route la machine infernale.

On en est arrivé à une situation de guerre, suite à la volonté de De Gaulle de remettre de l’ordre, rétablir « la souveraineté française » (termes du Général lors de son inspection du 15 août 1945). Cette souveraineté n’aurait pas eu à être rétablie si on avait laissé l’amiral Decoux gérer les affaires indochinoises, jusqu’à la capitulation du Japon. En tout état de cause, le 6 mars 1946, Leclerc arrive à faire conclure l’accord de reconnaissance du gouvernement vietnamien avec Hô Chi Minh, mais à son tour, D’Argenlieu fait capoter cet accord (juillet 46), alors qu’entre temps De Gaulle s’est retiré (janvier 46). Le Général est à l’origine d’une situation qui désormais prend une dimension nettement politique, avec le coup de force d’Haïphong (19 décembre 1946) et la prise de maquis par le Viêt-Minh. Pour sa part De Gaulle n’a jamais voulu entendre parler d’indépendance, contrairement à Leclerc. A Colombey, en janvier 47, les deux hommes « s’engueulent copieusement » (termes de Leclerc) : De Gaulle à Leclerc « Vous voulez perdre l’Indochine ? », ce dernier répliquant « Si vous gardez d’Argenlieu on perdra l’Indochine ». Le gouvernement pour sa part a refusé les pleins pouvoirs à Leclerc qui déclare forfait en février 1947. Le processus enclenché le 9 mars 1945 ne s’arrêtera plus, jusqu’à sa conclusion à Dien Bien Phu.

A propos de Hô Chi Minh : tandis que d’Argenlieu essaie de l’impressionner avec une parade navale en baie d’Along, celui-ci confie à Leclerc : ne laissons pas les soldats français et vietnamiens se battre alors qu’ils sont appelés à être frères, nous ne voulons plus vivre dans votre administration mais nous souhaitons continuer à vivre dans votre culture, nous avons besoin de vos ingénieurs, de vos professeurs, mais laissez-nous nous gouverner tout seuls. La France, contrairement à l’Union soviétique, a fait peu de cas de ses revendications. C’est la prolongation de la guerre qui a finalement assuré l’emprise du communisme sur le Viêt-Minh.

 

 

Louis Constans : "Le fuyard de Lang Son"

 

« Le colonel Constans, un lampiste à cinq ficelles, mais un lampiste tout de même »
(Le journal Samedi-soir)

 

Début 1950. Les Viêt-Minhs se musclent considérablement, soutenus par la Chine de Mao qui a basculé dans le communisme et leur offre des bases de repli et une aide massive. La situation au Tonkin devient plus que préoccupante, tout au long de la frontière chinoise, notamment en ce qui concerne la RC 4 (Route coloniale 4, ou « route de la mort ») longeant la frontière, dans une région très escarpée, propice aux embuscades et conduisant de Cao Bang, à Lang Son (environ 120 km).

 

L’année précédente, le rapport du général Revers, envoyé en mission en Indochine par le gouvernement français, a entériné le plan du général Blaizot, prévoyant le retrait du secteur de Cao Bang, au bénéfice du renforcement du dispositif du delta du fleuve Rouge. En 1949, il était prévisible que Cao Bang ne resterait pas longtemps tenable mais il n’y avait alors aucun problème à réaliser une telle opération de retrait. Sur décision du général Carpentier, commandant en chef, le retrait fut effectif, mais à l’exception du piège à rats que représentait Cao Bang elle-même et du poste de Dong-Khê (volonté de défendre l’Indochine contre toute attaque extérieure). Entre temps, le rapport arriva dans les mains d’un agent du Viêt-Minh, à Paris...

Cao Bang et Dong-Khê

 

 

Le 25 mai 1950, les Viêts attaquent avec succès Dong-Khê, qui est repris le lendemain par les commandos paras. Le 16 septembre, le général Carpentier décide finalement l’évacuation de Cao Bang et choisit comme itinéraire la RC 4, vers Lang Son, plutôt que la RC 3, vers Thaï-Nguyen et Hanoï. Le surlendemain, les Viêts reprennent le poste de Dong-Khê et Cao Bang n’est désormais plus accessible par la RC 4. L’ordre d’évacuation de Cao Bang par cette route est cependant maintenu coûte que coûte par Carpentier alors que la région de Dong-Khê est infestée de Viêts et le 3 octobre, contre son gré, le lieutenant-colonel Charton donne le signal du départ. L’avant-veille, le lieutenant-colonel Lepage, parti de That-Khê plus au sud, est arrivé devant Dong-Khê, mais pour se prendre sur le dos une trentaine de bataillons ennemis et il a dû se dégager dans la montagne, traqué. Le 7 octobre, les colonnes Charton et Lepage ont échoué dans leur tentative de jonction et après des combats aussi hallucinants que meurtriers, elles ont cessé d’exister. La tragédie de l’évacuation de Cao Bang a eu lieu : face à 25 000 à 30 000 Viêts (pertes non chiffrées), sur 6 500 hommes engagés, 5 000 d’entre eux sont morts (dont les chefs de bataillon Segrétain et Forget) ou faits prisonniers (dont Charton trois fois blessé et Lepage, libérés 4 ans plus tard).

La décision du 16 septembre du général Carpentier, de l’abandon de Cao Bang en passant par la RC 4, provoqua la colère du lieutenant-colonel Charton, prévenu au dernier moment par le général Alessandri, commandant la zone opérationnelle du Tonkin, lui-même opposé à cette décision. Louis Constans démonte une vraie manipulation de l’Histoire et montre comment son père, le colonel Constans a servi de fusible pour le Haut commandement, après la tragédie, et fut accusé de tout ce qui s’en suivit. Responsable de toute la zone Est, de Cao Bang jusqu’à la mer de Chine, il alerta le même Haut commandement de la possibilité de gros coups comme sur Dong-Khê. Quand en mai 1950 Dong-Khê fut repris au Viêts, il demanda que Cao Bang fût alors évacuée, ce qui était encore possible sans problème : refusé. Fin septembre, alors que Dong-Khê avait été repris à leur tour par les Viêts, il fut chargé de l’opération d’évacuation de Cao Bang, puis fut accablé de tous les péchés une fois l’irréparable accompli : non pas de l’échec - au moins dans un premier temps -, mais de ce qui s’ensuivit. Du bar de l’hôtel Caravelle à Saïgon, loin du théâtre des opérations, les journalistes « correspondants de guerre » prirent le relais pour lui faire porter le chapeau, il fut le « lampiste à cinq ficelles ». On lui reprocha d’avoir fui, abandonné Lang Son alors qu’il ne voulait pas que soit renouvelée la tragédie de Cao Bang et voulait dégager des troupes en situation difficile, pour les récupérer intactes. Les médias lui reprochèrent d’avoir laissé sur place des armes et des munitions suffisantes pour approvisionner deux divisions viêt-minh pendant plusieurs mois : faux ! Louis Constans montre que c’est un bobard. Par ailleurs, quand le général de Lattre regroupa ses forces autour du coeur vif du Tonkin, il put en fait récupérer cinq bataillons et une artillerie précieuse préservés par le colonel Constans et qui auraient fait défaut si celui-ci les avaient engagés dans un baroud d’honneur aussi stupide qu’inutile. Dans un second temps, à l’occasion du cinquantenaire des événements, ce fut le bouquet : les médias mirent carrément Cao Bang sur le dos du colonel Constans.

 

Avocat, Louis Constans défend l’honneur de son père en évitant d’attaquer les personnes, pour ne pas faire à autrui ce que l’on lui a fait et pour que l’attention du lecteur ne soit pas détournée des faits.

 

On relira avec profit le N° 12 le la Nouvelle Revue d’Histoire (mai-juin 2004)



Et aussi le livre qui a commencé à mettre le doigt sur la victimisation du colonel Constans :

Georges Longeret, Jacques Laurent, Cyril Bondroit : "Les Combats de la RC 4 : Face au Vietminh et à la Chine"

 

Ouvrage en hommage aux légionnaires qui ont vécu l’enfer des 6 et 7 octobre 1950 :

Pierre Sergent : "Je ne regrette rien. La poignante histoire des légionnaires parachutistes du 1er R.E.P"

 

A consulter :

http://www.net4war.com/e-revue/dossiers/indochine/RC4/rc4-01.htm
http://www.saint-cyr.org/cyr-2100.php?ArtID=90
http://home.tele2.fr/indochine/rc4.htm
http://www.farac.org/php/article.php3?id_article=166

 

De la polémique :
http://infos.legionetrangere.fr/article.php3?id_article=45
http://www.marianne-en-ligne.fr/archives/e-docs/00/00/2B/6F/document_article_marianne.phtml

 

Furent évoqués :

 

Charles De Gaulle (1890-1970)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_de_Gaulle

 

Amiral Jean Decoux (1884-1963), Gouverneur général de l'Indochine de 1940 à 1945, qui sut louvoyer avec l'occupant japonais

 

Amiral Thierry D'Argenlieu (1889-1964)

http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/967.html

Par Pierre Quatrepoint :
http://www.guerre-mondiale.org/Biographies/thierrydargenlieu.htm

 

Général Leclerc de Hauteclocque, Maréchal de France (1902-1947)

http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/569.html

Par Pierre Quatrepoint :
http://www.guerre-mondiale.org/Biographies/leclerc.htm

 

Pierre Messmer (né en 1916), Compagnon de la Libération

http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/674.html

 

Hô Chi Minh (1890-1969)

http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%B4_Chi_Minh

 

Jean Cédile (1908-1984), Compagnon de la Libération, Commissaire de la République, qui fit relâcher des Viêt-minhs des plus violents, qui en profitèrent pour massacrer les habitants de la cité Héraud (nuit du 24 au 25 septembre 1945)

http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/190.html

 

A lire :

Philippe Grandjean : " L'Indochine face au Japon : 1940-1945. Decoux - De Gaulle, un malentendu fatal"

 


 

Chronique de Mélisande Chauveau : "Raconte-moi la musique"

 

Jean-Pierre Rampal (1922-2000)

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Rampal
http://www.jprampal.com

 

Un petit gars de Marseille, devenu l’un des plus grands flutistes du XXe siècle, dont Mélisande Chauveau nous raconte la jeunesse en réussissant pour sa part la performance de conserver d’un bout à l’autre de l’émission l’accent de Manon.

Jean-Pierre aurait pu devenir médecin, ou peintre, mais voilà, il voulait faire comme papa, être flutiste. Or, il manquait justement un élève dans la classe de musique dont papa avait la charge...

 


 

Le chant sacré des Bretons

 

Louis Mélennec de Beyre, médecin, juriste, chanteur lyrique

http://www.melennec-bretagne-europe.org/contact.html

 

CD "Chants Religieux et Traditionnels Bretons"
Louis Mélennec de Beyre, baryton
Lorenzo Cipriani orgue

http://www.coop-breizh.com/vitrine/fiche.asp?pid=164006

Coop Breizh Keranguen
29540 Spézet
02 98 93 83 14

 

Au cours de l’émission, on a entendu Louis Mélennec de Beyre interpréter :

 Mond davédoh (plus connu sous le titre anglais "Amazing Grace"

 Jésus, dis-nous de prier

 Minuit chrétiens

 

Louis Mélennec de Beyre sera présent le 11 juin à la fête de Radio Courtoisie, à la table de Lumière 101 et dédicacera le disque (sans doute bientôt épuisé, il doit en rester deux ou trois cents chez l’éditeur)

 

Furent évoqués (entre autres) :

 

Yvonne Desportes (1907-1993), Premier Grand Prix de Rome (1932)

http://www.musimem.com/prix-rome-1930-1939.htm

 

Henri Legay qui enseigna le chant à notre ténor breton

 

Ugo Ugaro, de la Scala, qui lui enseigna la technique italienne

 

catégorie : LJ Didier Rochard

Problème temporaire d'affichage

Grilles officielles : globale / sem. A B C D



RECHERCHES
»  dans ce blog : mots exacts seulement ~ avec plusieurs mots-clé, ajouter " AND " entre eux

» recherche « maison »

Archives

 
 
 
 
 
2005-06
2005-07
2005-08
2005-09
2005-10
2005-11
2005-12
2006-01
2006-02
2006-03
2006-04
2006-05
2006-06
2006-07
2006-08
2006-09
2006-10
2006-11
2006-12
2007-01
2007-02
2007-03
2007-04
2007-05
2007-06
2007-07
2007-08
2007-09
2007-10
2007-11
2007-12
2008-01
2008-02
2008-03
2008-04
2008-05
2008-06
2008-07
2008-08
2008-09
2008-10
2008-11
2008-12
   
2009-01
2009-02
2009-03
2009-04
2009-05
2009-06
2009-07
2009-08
2009-09
2009-10
2009-11
2009-12
2010-01
2010-02
2010-03
2010-04
2010-05
2010-06
2010-07
2010-08
2010-09
2010-10
2010-11
2010-12
2011-01
2011-02
2011-03
2011-04
2011-05
2011-06
2011-07
2011-08
2011-09
2011-10
2011-11
2011-12
2012-01
2012-02
2012-03
2012-04
2012-05
2012-06
2012-07
 
 
 
 
 
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -