16 juillet 2006 7 16 /07 /juillet /2006 17:00


[article rédigé par Antonio, merci à lui !]

 

[NDLR : cette émission peut être considérée comme un complément du LJ Scouts 9/7]

 

La musique rend-elle intelligent ?

 

Minh Dung Louis Nghiem, médecin, écrivain


"Les arts et l’équilibre mental"

http://www.editions-de-paris.com/article.php3?id_article=172

 


Quelques réflexions exprimées au cours de l'émission :

 

 

Concernant les opportunistes : Non-Art, rock, rap, même combat.

« Les escrocs se sont emparés de l'art pour influencer, sinon perturber l'équilibre mental de nos concitoyens. »

Les majors jouent un rôle néfaste dans l'entreprise de formatage, de pourrissement et de destruction des jeunes, par le canal de la "musique" dont sont bombardées les radios "jeunes", à grande diffusion. Le show-biz est passé au dessus de l'esthétisme.
 
Se reporter au LJ Didier Rochard 25/6
, au cours duquel Kostas Mavrakis dénonce le mensonge du non-Art.

 


La musique tam-tam

La musique tam-tam conduit à la transe et à l'orgasme. On en arrive aux rave-parties et fatalement aux actes de violence en état d'amnésie. A ce sujet, relire l'article de Mgr Centène et le N° 766 de Monde & Vie

http://www.controverses.com/politiqu.e/ravedansMorbihan.htm

 

 

Musiques équilibrantes vs musiques structurantes

Pour que les jeunes retrouvent un schéma mental cohérent et s'éloignent de la culture de mort, il faut revenir aux bonnes recettes, leur apprendre à écouter la musique des XVIIe et XVIIIe siècles.

 

Mesures à deux et trois temps : s'ils importent des musiques à deux temps, les Français (et les Latins en général) chantent et dansent sur des musiques à trois temps dont l'origine remonte au tripudium : valse, menuet, mazurka...

[NDLR : que l'auditeur de Radio Courtoisie y réfléchisse en fredonnant une java : ne s'agit-il pas là d'une forme du jazz français ?]

 

La danse et l'élégance dans l'attitude, en particulier dans le contexte du patinage artistique où respecter la mesure est bien compliqué. Le déhanchement du bransle de l'ours offre moins de difficultés. L'élégance dans le comportement est le fait des sociétés civilisées et mène à la courtoisie.
 
Autour du bransle de l'ours

http://prouvencaulengovivo.free.fr/SON/Brande-ours.MID

 

Pour apaiser l'enfant, encore dans le sein de sa mère, celle-ci peut lui fredonner le KV 421 de Mozart (si papa le peut, avec un violon, c'est pas mal non plus !)

La relation du fœtus à la musique a particulièrement été bien étudiée par le docteur Tomatis (voir ci-dessous : "Alfred Tomatis").

Concernant le KV 421 : Partitions gratuites et fichiers de type midi
http://www.enmdgcpc.net/pages/partitions/partitions.php?page=afficher&idpart=109

 

A propos de l'intelligence et du QI

Le QI permet de "mesurer" l'intelligence scolaire, mais la sensibilité lui échappe. Quant à mesurer, peser, quantifier, ci-joint un article de Youri Chartier, paru dans Le Monde du 28 août 2002 et commenté au cours de l'émission :
http://www.citizenjazz.com/forums/viewtopic.php?p=805
http://www.mdpublicite.com/science/pagescience5.htm#musique

   


furent évoqués :

 


Platon : « Il est à redouter que le passage à un nouveau genre musical ne mette tout en danger. Jamais en effet, on ne porte atteinte aux formes de la musique sans ébranler les plus grandes lois des cités. » ("La République", Livre IV, 424c)

http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/platon/rep4.htm

 


▶ Raghunath Manet, musicien, danseur, compositeur et chorégraphe, au sujet du caractère sacré de la danse et de la musique

http://www.raghunathmanet.com/index.html

 


▶ Alfred Tomatis (1920-2001), « Docteur Mozart », qui explique comment la voix de la mère - captée au fond de la nuit utérine - influence le développement du futur nouveau-né et détermine son bien-être futur.

 

La méthode Tomatis
http://www.tomatisparis.com/methode/

Les livres Tomatis
http://www.tomatis-paris.com/Alfred_tomatis.htm

 

"Neuf mois au Paradis"




 

Chronique de Mélisande Chauveau : "Raconte-moi la musique"

 

Isaac Albéniz (1860-1909), créateur de l'école musicale espagnole moderne



http://www.pianobleu.com/albeniz.html
http://100musique.free.fr/histoire/compostr/albeniz.htm

 

Isaac Albéniz est né un 29 mai, date chère au cœur de Radio Courtoisie, à plus d'un titre.

Sa sœur Clémentine lui apprend le piano alors qu'il n'a que deux ans. A quatre ans, il donne son premier récital au Teatro Romea de Madrid !

A sept ans, le petit Isaac prépara avec Marmontel le concours d'entrée au Conservatoire de Musique de Paris. Le jour J, il cassa un carreau avec une bille, geste fatal, aussi vite admis, aussi vite exclu...

A dix ans, le voilà qui entame une longue série de fugues, vivant grâce aux concerts qu'il donne. Son père le retrouve grâce à un article de presse consacré au jeune prodige. A douze ans, il fugue en Andalousie et apprenant que son père le recherche,  il embarque clandestinement à bord du vapeur España, à destination du Nouveau Monde et paie finalement son voyage grâce aux concerts qu'on lui offre la possibilité de donner, avant d'être débarqué à Buenos Aires...

 

Antoine Marmontel (1816-1898), son professeur au Conservatoire de Paris (ainsi que de Claude Debussy)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Fran%C3%A7ois_Marmontel

 

« Physiquement, Isaac Albéniz était un Don Quichotte sous les traits de Sancho Pança » (Paul Dukas)


 

Poésie et musique dans les compositions de Claude Tricot (suite)

 

Anne-Madeleine Tricot, professeur de Lettres classiques, fille de Claude Tricot
 
Cet entretien fait suite à celui du LJ Didier Rochard 14/5

 

Quelques réflexions de Claude Tricot :

« La musique chante l'amour, renforce l'élan du cœur. Le chant pénètre plus avant dans notre âme qu'un discours brut. Le poème a son rythme propre, marqué déjà chez les Chinois de l'Antiquité par le nombre du vers, par la rime et par les reprises du rondeau. Il me semble que la pensée nait des mots rythmés par le poète, qui profite de la sagesse incluse dans ces mots qui viennent des siècles et des siècles, s'enrichissant ou s'appauvrissant en se transformant. Joseph de Maistre a de belles réflexions à ce sujet dans "Les Soirées de Saint Pétersbourg". Plus récemment, Alain a repris la question en grand philosophe qu'il était : “ Peut-on penser sans dictionnaire ? Peut-on être poète sans savourer le lointain et l'actuel de la langue ? ”... »
Concernant la composition musicale même du poème : « Comme elle naît de la poésie, peut-on dire qu'il faut qu'elle soit d'abord un chant intérieur au compositeur, qui jaillit de la lecture ? Si le piano intervient dans l'invention de la mélodie, avec les facilités qui lui sont propres, il risque de tuer la mélodie. Maurice Ravel disait à son élève Vaughan Williams “ Comment sans piano pouvez-vous trouver des harmonies nouvelles ? ” De même, beaucoup de compositeurs qui veulent trouver des harmonies nouvelles travaillent au piano : cette coutume est contraire à l'esprit de la mélodie semble-t-il. »

« La langue allemande est naturellement rythmée, la langue française est beaucoup plus fluide. On peut donc penser que la mélodie réclame une structure tonale ou modale, comprenant des notes d'appui, comme aussi une mesure bien définie, car la rime qui rythme les vers dans la poésie française lue, est moins perceptible à travers le chant. Il faut donc lui adjoindre un autre procédé. Dans le même ordre d'idées, il faut que la mélodie respecte le vers dans sa structure, son nombre, tout en obéissant à sa propre logique »

 

Au cours de l'émission, on a entendu des œuvres de Claude Tricot :

 

Duos pour viole d'amour et flûte n° 119 puis n° 33, par Jean-Pierre Lacour (viole d'amour) et Philippe Renard (flûte)

 

 Trios pour flûtes, n° 83 et n° 65

Cette fois-ci, les poèmes mis en musique par Claude Tricot sont tous de Paul Verlaine et en suivent l'aventure amoureuse. Le récitant est Jean-Laurent Cochet et les poèmes sont chantés par la soprano Cécile Dibon-Lafarge, accompagnée au piano par Claude Tricot.

 

Cécile Dibon-Lafarge

 

Jean-Laurent Cochet

 

Paul Verlaine (1844-1896)

http://www.florilege.free.fr/verlaine/index.htm

 

Clair de lune (Fêtes galantes, 1869)

Votre âme est un paysage choisi
Que vont charmant masques et bergamasques
Jouant du luth et dansant et quasi
Tristes sous leurs déguisements fantasques.

Tout en chantant sur le mode mineur
L'amour vainqueur et la vie opportune,
Ils n'ont pas l'air de croire à leur bonheur
Et leur chanson se mêle au clair de lune,

Au calme clair de lune triste et beau,
Qui fait rêver les oiseaux dans les arbres
Et sangloter d'extase les jets d'eau,
Les grands jets d'eau sveltes parmi les marbres.

 

L'hiver a cessé (La bonne chanson, 1870)

L'hiver a cessé : la lumière est tiède
Et danse, du sol au firmament clair.
Il faut que le cœur le plus triste cède
A l'immense joie éparse dans l'air.

Même ce Paris maussade et malade
Semble faire accueil aux jeunes soleils,
Et comme pour une immense accolade
Tend les mille bras de ses toits vermeils.

J'ai depuis un an le printemps dans l'âme
Et le vert retour du doux floréal,
Ainsi qu'une flamme entoure une flamme,
Met de l'idéal sur mon idéal.

Le ciel bleu prolonge, exhausse et couronne
L'immuable azur où rit mon amour.
La saison est belle et ma part est bonne
Et tous mes espoirs ont enfin leur tour.

Que vienne l'été ! que vienne encore
L'automne et l'hiver ! Et chaque saison
Me sera charmante, ô Toi que décore
Cette fantaisie et cette raison !

 

La lune blanche (La bonne chanson, 1870)

La lune blanche
Luit dans les bois ;
De chaque branche
Part une voix
Sous la ramée...

Ô bien-aimée.

L’étang reflète,
Profond miroir,
La silhouette
Du saule noir
Où le vent pleure...

Rêvons, c’est l’heure.

Un vaste et tendre
Apaisement
Semble descendre
Du firmament
Que l’astre irise...

C’est l’heure exquise.

 

Il pleure dans mon cœur (Romances sans paroles, 1874)

Il pleure dans mon cœur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un cœur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce cœur qui s'écœure.
Quoi ! nulle trahison ? ...
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon cœur a tant de peine !

 

Le ciel est par-dessus le toit (Sagesse, 1880)

Le ciel est, par-dessus le toit,
Si beau, si calme !
Un arbre, par-dessus le toit,
Berce sa palme.

La cloche, dans le ciel qu'on voit,
Doucement tinte,
Un oiseau sur l'arbre qu'on voit,
Chante sa plainte.

Mon Dieu ! mon Dieu ! la vie est là,
Simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
Vient de la ville.

- Qu'as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse,
Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?

 

Un veuf parle (1878)

Je vois un groupe sur la mer.
Quelle mer ? Celle de mes larmes.
Mes yeux mouillés du vent amer
Dans cette nuit d'ombre et d'alarmes
Sont deux étoiles sur la mer.

C'est une toute jeune femme
Et son enfant déjà tout grand
Dans une barque où nul ne rame,
Sans mât ni voile, en plein courant...
Un jeune garçon, une femme !

En plein courant dans l'ouragan !
L'enfant se cramponne à sa mère
Qui ne sait plus où, non plus qu'en....
Ni plus rien, et qui, folle, espère
En le courant, en l'ouragan.

Espérez en Dieu, pauvre folle,ru
Crois en notre Père, petit.
La tempête qui vous désole,
Mon cœur de là-haut vous prédit
Qu'elle va cesser, petit, folle !

Et paix au groupe sur la mer,
Sur cette mer de bonnes larmes !
Mes yeux joyeux dans le ciel clair,
Par cette nuit sans plus d'alarmes,
Sont deux bons anges sur la mer.

 

catégorie : LJ Didier Rochard

Problème temporaire d'affichage

Grilles officielles : globale / sem. A B C D



RECHERCHES
»  dans ce blog : mots exacts seulement ~ avec plusieurs mots-clé, ajouter " AND " entre eux

» recherche « maison »

Archives

 
 
 
 
 
2005-06
2005-07
2005-08
2005-09
2005-10
2005-11
2005-12
2006-01
2006-02
2006-03
2006-04
2006-05
2006-06
2006-07
2006-08
2006-09
2006-10
2006-11
2006-12
2007-01
2007-02
2007-03
2007-04
2007-05
2007-06
2007-07
2007-08
2007-09
2007-10
2007-11
2007-12
2008-01
2008-02
2008-03
2008-04
2008-05
2008-06
2008-07
2008-08
2008-09
2008-10
2008-11
2008-12
   
2009-01
2009-02
2009-03
2009-04
2009-05
2009-06
2009-07
2009-08
2009-09
2009-10
2009-11
2009-12
2010-01
2010-02
2010-03
2010-04
2010-05
2010-06
2010-07
2010-08
2010-09
2010-10
2010-11
2010-12
2011-01
2011-02
2011-03
2011-04
2011-05
2011-06
2011-07
2011-08
2011-09
2011-10
2011-11
2011-12
2012-01
2012-02
2012-03
2012-04
2012-05
2012-06
2012-07
 
 
 
 
 
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -