26 mars 2007 1 26 /03 /mars /2007 09:45


[article rédigé avec l'aide de P. E. Prouvost d'Agostino, merci à lui !]

 

le centenaire des ballets russes de Serge de Diaghilev - 1re partie

 

Jean-Bernard Cahours d'Aspry, musicographe, peintre, écrivain, directeur de l'association et de la revue "Le Monde des Arts et des Lettres"

 

Comité Diaghilev de commémoration du centenaire des Saisons russes
http://blog.rc.free.fr/blog_divers/comite%20diaghilev.doc

 

Serge de Diaghilev (1872-1929) : découvreur de talents, animateur et imprésario de génie qui, en vingt ans d'activités artistiques (1909/1929) a "inventé le XXe siècle".

(portrait par son ami Léon Bakst)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_de_Diaghilev

 

furent évoqués :

 

Deux élégantes couvertures de "Mir Isskustva" (Le Monde de l'Art), la revue lancée par Diaghilev, tribune où s'exprimèrent les créateurs de la jeune garde artistique pétersbourgeoise, et qui fut l'organe fédérateur d'où sortit l'esprit "ballets russes".

 

 

Chaliapine dans "Boris Godunov", tel qu'il apparut au cours de la première Saison organisée par Diaghilev en 1906, fascinant aussitôt le public parisien.

(Tableau de Golovine)

 

Le décor des "Danses Polovstiennes" de Borodine par N. Roerich (1909). Ravel (entre autres) fut "renversé" par l'audition de cette musique "somptueuse et barbare"

 

Le décor du "Pavillon d'Armide", premier ballet présenté par Diaghilev en 1909 (avec les "Danses Polovstiennes" et "Le Festin"), au théâtre du Châtelet.

(maquette d'Alexandre Benois)

 

Costume de Nijinsky dans "Le Pavillon d'Armide" : le premier "saut" du jeune danseur prodige et protégé de Diaghilev dans la célébrité.

 

Sa partenaire : Tamara Karsavina, dans le rôle de l'Enchanteresse Armide. La grâce de cygne de la femme Russe, magnifiée par l'eurythmie de la danse.

 

Le Harem, décor du ballet "Schéhérazade"

(par Léon Bakst)

 

Et le costume de l'héroïne, pour la danseuse Tamara Karsavina...

 

Scène de "Schéhérazade". Le "frisson nouveau" de l'exotisme et de l'érotisme débridés des "Ballets Russes".

 

Nijinsky, "star" des Ballets Russes, dans le rôle du Nègre au turban doré de "Schéhérazade" : le sacre de la danse virile.

 

Ida Rubinstein : dont le style et les poses de "femme fatale" influenceront les grandes actrices du cinéma hollywoodien (Rôle de Zobéïde, la Sultane infidèle, dans "Schéhérazade").

 

Nijinsky dans "Le Spectre de la Rose"... Seul...

 

...et avec T. Karsavina. Sur une musique de Weber, un ballet de rêve romantique, et une de ses plus fantastiques et troublantes incarnations.

 


Problème temporaire d'affichage

Grilles officielles : globale / sem. A B C D



RECHERCHES
»  dans ce blog : mots exacts seulement ~ avec plusieurs mots-clé, ajouter " AND " entre eux

» recherche « maison »

Archives

 
 
 
 
 
2005-06
2005-07
2005-08
2005-09
2005-10
2005-11
2005-12
2006-01
2006-02
2006-03
2006-04
2006-05
2006-06
2006-07
2006-08
2006-09
2006-10
2006-11
2006-12
2007-01
2007-02
2007-03
2007-04
2007-05
2007-06
2007-07
2007-08
2007-09
2007-10
2007-11
2007-12
2008-01
2008-02
2008-03
2008-04
2008-05
2008-06
2008-07
2008-08
2008-09
2008-10
2008-11
2008-12
   
2009-01
2009-02
2009-03
2009-04
2009-05
2009-06
2009-07
2009-08
2009-09
2009-10
2009-11
2009-12
2010-01
2010-02
2010-03
2010-04
2010-05
2010-06
2010-07
2010-08
2010-09
2010-10
2010-11
2010-12
2011-01
2011-02
2011-03
2011-04
2011-05
2011-06
2011-07
2011-08
2011-09
2011-10
2011-11
2011-12
2012-01
2012-02
2012-03
2012-04
2012-05
2012-06
2012-07
 
 
 
 
 
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -