26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00

présentation temporaire

 

Anne Brassié


Anne Brassié est née en 1949. Après une maîtrise de lettres modernes sur les comparaisons, les images et les métaphores dans un roman de Brasillach, elle devient professeur de lettres dans le secondaire puis travaille dans l'édition. Là, un grand éditeur, Pierre Sipriot, lui commande une biographie de Brasillach dans sa collection "Biographie sans masque". Elle collaborera également avec lui sur France Culture. Depuis, elle a écrit les biographies de Jean de La Varende et de Sainte Anne. Elle collabore à diverses revues (Fideliter,...) ou journaux de droite (Présent, Rivarol,...). Enfin, elle est membre du comité de Association des Amis de Robert Brasillach (http://www.brasillach.org)

Elle officie sur Radio Courtoisie depuis sa création.

 

[source : texte complété à partir de celui fournit par Aymeric Pontacq, merci à lui !]
[source partielle : http://courtoisie.forumactif.com/ftopic104.Anne-BRASSIE.htm
]

 

http://www.libeco.net/annebrassie.htm

anne.brassieclub-internet.fr

 

"Robert Brasillach, ou encore un instant de bonheur" (réédition)





"Sainte Anne : De Jérusalem à Auray"
http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2268039692/

"Ces livres qui m'ont choisie"
http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2841911020/


"La Varende : Pour Dieu et le roi"


 

 

Livre du jour du jeudi, chaque semaine

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00

présentation temporaire


 

 

Né à Metz (Moselle) le 12 mai 1937, marié (à une bretonne) et père de deux enfants, Claude Reichman a une vie professionnelle et associative bien remplie :
- docteur en chirurgie dentaire de la faculté de médecine de Paris
- secrétaire général de la FOFTA-USDL (Fédération Odontologique de France et des Territoires Associés - Union des syndicats dentaires libéraux).
- éditorialiste, écrivain, rédacteur en chef du Courrier de la Liberté (Edition Santé - Liberté Média Plus SARL)
- ancien administrateur de caisses de la Sécurité Sociale
- président du Mouvement pour la liberté de la protection sociale(MLPS),
- président du Comité CSG,
- président du Syndicat Retraite-Action,
- responsable syndical, co-fondateur de Solidarité médicale, union des professions de santé pour défendre l'exercice libéral.
- président d'associations diverses, dont le VEPAP (voir ci-après)

Il est également un ancien élu (indépendant) du IIe arrondissement de Paris.

Claude Reichman a animé ses premières émissions à Radio-Courtoisie par l'intermédiaire de Serge de Beketch, qui, après l'avoir reçu plusieurs fois comme invité à la fois dans son libre-journal et à Minute, lui a sous-traité périodiquement, à partir de 1992, la seconde partie de son émission.

En 1994, Claude Reichman obtient son libre-journal du soir, une semaine sur deux. Il apprécie de se faire assister par une femme (au début, Fabienne, qui était également technicienne à Radio-Courtoisie (très jolie voix) et aujourd'hui Françoise). Il anime son libre-journal en compagnie de son fidèle compère, Jean-Christophe Mounicq.

Les thèmes récurrents abordés dans ses émissions sont les suivants :
- liberté de la protection sociale (il fut le premier en 1994, à révéler les directives européennes abolissant le monopole de la sécurité sociale). Il a combattu (entre autres sur les ondes de Radio-Courtoisie), le mutisme des gouvernements et l'inertie des hauts fonctionnaires du ministère des affaires sociales
- dictature des fonctionnaires, énarques, URSSAF, caisses de sécurité sociale,
- politique intérieure et européenne, imigration, islamisation
- la collusion des partis politiques pour se partager le gateau et pour que rien ne change, l'hypocrisie de la fausse droite
- sujets médicaux, défense des médecins contre la bureaucratie qui enfle dans les hopitaux
- sujets culturels divers, en particulier avec le Dr Louis Mellenec

Claude Reichman est également grand amateur de jazz.


ACTION POLITIQUE

Claude Reichman mène depuis de nombreuses années le combat contre les monopoles étatiques, principalement celui de la Sécurité sociale, mais aussi EDF par exemple. Il est favorable à une réforme du régime des retraites qui menace de s'écrouler (passage à la capitalisation), à la liberté d'assurance pour le risque maladie (mise en concurrence de la sécurité sociale avec les assureurs privés), à la mise en concurrence des hôpitaux publics.

Du PPL à DLC

Créé en 1996, le Parti pour la Liberté (PPL) est un "mouvement authentiquement libéral", créé à l’initiative d’Alain Dumait et Claude Reichman, afin de faire entendre la voix des libéraux refusant toute compromission avec les marxistes et les socio-démocrates. Ce cadre étant fixé, le PPL appelle en France à l’union des forces de la droite réelle. Basé sur le refus du fiscalisme, il rassemble des libéraux de toutes tendances de la droite et refuse de diaboliser le Front National.

Claude Reichman mena en outre une liste "divers droite" aux régionales de 1998 dans les Hauts-de-Seine, élection à laquelle il obtint un score très modeste. En 1999, il devient vice-président de la Droite Libérale-Chrétienne (DLC) de Millon.

L'ELECTION PRESIDENTIELLE de 2002

Claude Reichman est un libéral convaincu, et se définit comme un représentant de la société civile. Il fut d'ailleurs à ce titre candidat à la présidentielle en 2002.
http://www.conscience-politique.org/politique/reichmancandidaturepresidentielle.htm
Le programme du candidat Reichman pour l'élection présidentielle de 2002 :
http://www.claudereichman.com/programme.htm

Toutefois, malgré les engagements recueillis, il ne put rassembler les 500 signatures d'élus, nécessaires à la participation au premier tour de l'élection. Il a fait l'objet d'une censure médiatique (suppression d'une interview sur une radio importante) et de pressions politiques ordonnées par les plus hautes instances étatiques, face à son discours qui dérangeait trop l'establishment politico-médiatique.


Le MLPS
Le MLPS conteste la thèse gouvernementale qui voudrait que "toute personne qui travaille et réside en France est affiliée obligatoirement au régime de sécurité sociale français dont elle relève". "Dire que les entreprises qui inciteraient leurs salariés à ne plus cotiser à la Sécu se placeraient en situation illégale est scandaleux et appelle une sanction exemplaire", affirme Claude Reichman. Et ce dernier d’invoquer le Code pénal, qui prévoit qu’une personne dépositaire de l’autorité publique prenant des mesures destinées à faire échec à l’exécution de la loi soit punie de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende.
(cf. infra "CITATIONS")


L'association VEPAP
L'objet du VEPAP est de combattre :
- la chienlit qui sévit perpétuellement à Paris, du fait des incessantes manifestations des organisations gauchistes dans la capitale, ainsi que des grèves
- l'organisation des JO à Paris en 2012 (gagné !  )
L'adhésion à VEPAP est gratuite.
Adresse web :
http://www.claudereichman.com/vivreenpaix.htm


CITATION
"Pour la première fois depuis dix ans, les représentants des pouvoirs publics osent écrire qu’en France il est obligatoire d’être affilié à la Sécurité sociale. C’est totalement faux ! Depuis 1994, deux directives permettent à tous les preneurs d’assurances de faire appel à tout assureur ayant son siège dans la communauté. Ces textes ont été transposés dans le droit français par deux lois (4 janvier 1994 et 8 août 1994) ainsi que par l’ordonnance du 19 avril 2001 ratifiée par la loi du 17 juillet 2001. La loi donne ainsi à tout citoyen le droit de s’assurer pour la maladie, la retraite, les accidents du travail et le chômage auprès d’une société d’assurances, une institution de prévoyance ou une mutuelle. C’est très exactement ce droit que le président de Buffalo Grill, Christian Picart, a déclaré vouloir faire valoir pour ses salariés" Claude Reichman, président du MLPS

"Madame, Mademoiselle, Monsieur, soyez heureux, portez vous bien, et Vive la France !" Claude Reichman, en conclusion de son libre-journal


BIBLIOGRAPHIE
"Le secret de la droite", Ed.François Xavier de Guibert, 2003
"Sécurité sociale, le vrai mal français", Ed. Les belles lettres, 1995
"Gloire à nos princes", Ed. Les belles lettres, 1997

"Théorie contre l'impôt", textes réunis par Alain Laurent et présentés par Claude Reichman, Ed. Les belles lettres, collection les Iconoclastes
http://www.les4verites.com/les4verites/lesnumeros/4verites251.htm#2

"Une histoire de cœur", entretiens avec le Professeur Christian Cabrol, Ed. Les belles lettres

"La révolution des termites", préface de Raymond Barre, Ed. Albatros
Ce roman ironique narre comment une espèce particulière de termites, sensible à l'odeur des documents administratifs, fait s'écrouler peu à peu tous les bâtiments de l'État, et raconte ce qu'il en advint.

"Les sauvages", Ed. Albatros

Claude Reichman est également un auteur dramatique. Il a écrit les pièces de théâtre suivantes, qui ont été reprises à la télévision :
"Des Choses Merveilleuses" (a été jouée au théâtre Fontaine à Paris)
"Mr Dehors" (a été jouée au théâtre des Mathurins à Paris)

Claude Reichman a également écrit de nombreux articles de presse d'inspiration libérale dans le Figaro, Le Monde, le Wall Street Journal, ainsi que sur divers sites internet.


COORDONNEES

Sites web :
http://www.claudereichman.com
http://www.les4verites.com/les4verites/auteurs/claude_reichman.htm
http://www.conscience-politique.org
http://www.finmonopolesecu.conscience-politique.org



MLPS
ou
VEPAP
165 rue de Rennes
75006 Paris

 

[source: http://courtoisie.forumactif.com/viewtopic.forum?t=52 modifiée]

 


 

 

Libre Journal du mardi 18h, toutes les 2 semaines

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00

 

 

Michel de ROSTOLAN

Michel de Rostolan porte le titre nobiliaire de Comte.
Michel de Rostolan est né le 8 mars 1946, il est marié et père de 2 enfants.
Il suit une formation en Ecole Supérieure de Commerce, puis obtient un diplôme d'Etat de publicité.
Il exerce la profession de cadre dirigeant dans une grande entreprise privée, puis de directeur de publication.

Michel de Rostolan est président depuis 1970 d'une importante association culturelle : le Cercle Renaissance. Il est Secrétaire général (1984) puis président (2003) de la Société Française de Géopolitique.
En 1985, il est Secrétaire général de SOS Droits de l'Homme. Entre 1976 et 2001, il est administrateur de l'Alliance nationale contre la dépopulation (reconnue d'utilité publique) et administrateur d'associations familiales.

Le 3 octobre 2001, Michel de Rostolan est reçu en audience par le pape Jean-Paul II, en compagnie de Jean-Michel Dubois et Mme Jany Le Pen.


Activités politiques

Michel de Rostolan a participé au groupe Occident (aux côtés de Madelin, Goasguen, Devedjian, Longuet ...) à la fin des années 1960.
Entre 1973 à 1988, Michel de Rostolan est membre du Centre National des Indépendants et Paysans (CNIP), et vice-Président du CNIP à partir de 1986.

En décembre 1987, suite à l'exclusion de Philippe Malaud du CNIP, Michel de Rostolan crée avec ce dernier la "Fédération Nationale des Indépendants" (président : Philippe Malaud, secrétaire général : Michel de Rostolan) favorable à l'union de la droite classique avec la droite nationale.
Philippe Malaud retournera au CNIP en 1992, Michel de Rostolan ralliera le FN.

Entre 1986 et 1988, il est élu député de l'Essonne (avec l'investiture du CNIP et du FN, avec 2 autres anciens membres du CNIP : Yvon Briant et Edouard Frédéric-Dupont ancien maire du 7ème arrondissement) et siège au Groupe Front National / Rassemblement National.

En 1986, nouvel élu FN à l'Assemblée Nationale, Michel de Rostolan réunit avec Christine Boutin et le député RPR Hector Rolland, 200 députés formant un "groupe d'étude parlementaire pour favoriser l'accueil à la vie", qui ne recevra toutefois pas l'agrément de l'Assemblée.

De 1989 à 2001, il est conseiller municipal de Saint-Michel-sur-Orge (Essonne).

Membre du Front National depuis 1988, Michel de Rostolan est président du Comité National de soutien à Jean-Marie Le Pen depuis 1991, membre du Bureau Politique du Front National depuis 1993.

Michel de Rostolan est conseiller régional d'Ile-de-France FN, élu dans l'Essonne depuis 1992 (il a été réélu en 1998 et en 2004 sur la liste conduite par Marine Le Pen).

Au Conseil Régional d'Ile-de France, il est membre de la Commission Actions Internationales et Européennes, ainsi que de la Commission des Finances, de l'Administration Générale et du Plan, avec Jean-Michel Dubois, Myriam Baeckeroot, et Jean-Pierre Emie.

Michel de Rostolan est président du Comité National de soutien à Jean-Marie Le Pen depuis 1991, membre du Bureau Politique du Front National depuis 1993, ainsi que du Comité Central du Front National.

Michel de Rostolan s'est engagé dans le combat pour l'avenir de la démographie nationale et européenne :
"Il ne peut y avoir d'avenir pour la France comme pour l'ensemble de l'Europe sans la définition et l'application d'une grande politique de la population avec le double objectif d'enrayer l'immigration et de favoriser la natalité française et européenne. Oui, pour que la France ait un avenir d'espoir, nous lançons un slogan : "Faisons des bébés français avec des Françaises". A cette seule condition notre pays pourra conserver son identité puisque chaque année 100 000 enfants étrangers naissent en France."
Motion du 8e congrès du Front national, mars 1990, présentée par Marie-France Stirbois et Michel de Rostolan

Michel de Rostolan figure également dans le comité d'honneur de l'association "Laissez-les vivre" (créée par le Professeur Jérôme Lejeune avec l'appui de la Cité Catholique) ; il intervient régulièrement aux congrès de cette association, avec François-Marie Algoud.

Michel de Rostolan s'est aussi particulièrement occupé des relations du Front National avec le monde des affaires. Il a été nommé "ministre des affaires étrangères" du gouvernement de l'ombre ("shadow cabinet") constitué par Jean-Marie Le Pen.
Il est patron d'émission sur "Radio Courtoisie", où il invite volontiers des intervenants proches du Front National.

LE CERCLE RENAISSANCE
Président d'honneur : Virgil Georghiu
Président fondateur : comte Michel de Rostolan

Fondé le 28 février 1970, le Cercle Renaissance est une "association apolitique et aconfessionnelle" qui affirme "la renaissance des valeurs traditionnelles civiques, culturelles, morales et spirituelles".
Le Cercle organise des débats culturels, des dîners-débats, des concerts, des croisières, des voyages culturels, afin que ses membres puissent développer des relations avec des responsables des pays visités. Il s'agit d'un lieu de rencontre entre la noblesse, des intellectuels de droite, des personnalités religieuses, des financiers, des chefs d'entreprise et nombre de personnalités de la droite nationale.
Le Cercle développe surtout des liens avec l'extrême droite américaine, la Ligue mondiale anti-communiste (WACL) et aussi, semble-t-il, avec le colonel Pak, bras-droit du révérend coréen de la secte Moon.
Le Cercle Renaissance attribue trois prix annuels : en lettres, en arts et en économie. Il édite depuis 1976 une publication mensuelle "Renaissance des hommes et des idées".

Avec son entregent, Michel de Rostolan est chargé, depuis des années, de constituer le comité de soutien à Jean-Marie Le Pen, où de hauts gradés de l'armée française et le prince Sixte de Bourbon-Parme côtoient des magistrats, des médecins, des agrégés et même quelques énarques.

En 2002, le Cercle Renaissance a pris une importance toute particulière: la liste des personnalités, qui scintille de décorations militaires et civiles, a servi à rassurer les maires qui hésitaient à donner leur signature à Le Pen. Il sert aussi à recueillir des fonds. Les généreux donateurs ont été conviés, le 9 avril 2002, à un dîner à bord d'un bateau-mouche, sur la Seine, à Paris, avec Jean-Marie Le Pen en tenue de soirée. Y assistaient notamment le prince Sixte de Bourbon-Parme, le baron de Montesquieu, l'un des anciens fondateurs de l'OAS (Organisation de l'armée secrète) Jean-Jacques Susini ou le petit-fils du général, Charles de Gaulle.
Dans son discours, Michel de Rostolan a désigné les trois mouvances que ce meeting flottant avait pour but de séduire : les indépendants du CNI, les souverainistes et les associations familiales (mouvements anti-avortement, tels SOS-Tout-Petits, du Dr Xavier Dor, la Ligue pour la vie ou la Trêve de Dieu).

Parmi les membres du Cercle Renaissance, on trouve, dès 1970 le Père Daniélou (futur cardinal), ainsi que le philosophe Jean Guitton, et en 1990, le député RPR Hector Rolland, Me Jean-Marc Varaut (décédé en 2005), M. Chotard, alors vice-président du CNPF , Georges Mesmin (député-maire 16ème arrondissement), Pierre-Christian Tainttinger (sénateur UDF et successeur de M. Mesmin à la mairie du 16ème), Pierre Chaunu et François-Georges Dreyfus (universitaires, historiens), Bruno Gollnisch (qui a adhéré en 1973), Jean-Marie Le Chevallier, M. Tauran, Jacques Malard (président de Monoprix), Claire Fontana (la Trève de Dieu)...

Le Cercle Alexis-de-Tocqueville (fondé par Jean-Michel Dubois en 1991). Lors de son premier dîner-débat, le 25 novembre 1991, l'invité est M. le Prince Poniatowski (UDF), qui s'exprime devant une assistance ou des nationaux côtoient des giscardiens, comme M. Griotteray, et des proches de Charles Pasqua, comme M. Telenne. L'invité suivant, le 17 février 1992, n'est autre que Jean-Marie Le Pen.

http://cerclerenaissance.info

 

LE PRIX "RENAISSANCE DES LETTRES"
Il s'agit d'un prix littéraire créé en 1976 par Michel de Rostolan (la récompense est une pierre, en référence à Saint-Exupéry) et décerné chaque année en janvier-février à un auteur "ayant contribué à une renaissance des valeurs de notre civilisation".
Quelques lauréats :

1982 : Jeanne Bourin pour "La Chambre des Dames"
1993 : Jean Raspail pour "Sire"
1994 : Anne Brassié pour "La Varende, pour Dieu et pour le Roi"
...
2000 : Pascal Bernardin pour "L'empire écologique"
2001 : Général Jean Delaunay pour "Lettres à mes petits-enfants sur des sujets qui fâchent"
2002 : Roberto de Mattei pour "La souveraineté nécessaire"
2003 : Anne Bernet pour "Saint-Jérôme"
2004 : Général Pierre-Marie Gallois pour "Devoir de vérité"

CITATION
"Ma conclusion est limpide, mes chers amis, autant je vous demande d'établir un pacte de confiance avec les parlementaires qui défendent le droit à la vie, autant je vous demande de dénoncer ceux qui trahissent le fondement même de notre civilisation chrétienne qui repose sur le respect de la personne et donc de la vie".
Le 3 mars 1991, au XIIIe Congrès vie-famille-action



COORDONNEES


Cercle Renaissance
138, rue de Tocqueville
75017 PARIS
Téléphone : 01 42 27 48 22 (bureau)
Portable : 06 70 24 63 33
Télécopie : 01 42 27 95 65

 

[source: http://courtoisie.forumactif.com/viewtopic.forum?t=65 mis à jour]


 

 

http://laissezlesvivre.free.fr/archives/historique_llv/congres91_rostolan.htm
http://francepolitique.free.fr/PCNIP2.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_de_Rostolan


 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00

 

voir http://www.liberaux.org/wiki/index.php?title=Jacques_Garello




 

Libre Journal des Economistes, mercredi midi, toutes les 4 semaines

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00


présentation temporaire

 

 

Né le 22 juin 1944, il est le fils du peintre grec Mayo (pseudonyme de Antoine Malliarakis – 1905 - 1990).

Jean-Gilles Malliarakis est actuellement éditeur, écrivain, journaliste, et économiste. Il publie des chroniques régulières sur son site Europe Libre (cf. adresses en fin de post). Notamment la lettre de l'Insolent, distribuée gracieusement par e-mail.

Activité sur Radio-Courtoisie :
Aux débuts de la radio, Jean-Gilles Malliarakis dirigeait un libre-journal conjointement avec Serge de Beketch. Il a obtenu la direction d'un libre journal autonome (une semaine sur deux) au milieu des années 90.
Il aborde volontiers les thèmes suivants dans ses émissions :
libéralisme économique, franc-maçonnerie, religion, histoire, philosophie politique et générale.
Ses invités réguliers : Jean-Charles Personne, Georges Lane (il y a quelques années : François Guillaumat).
Ses convictions catholiques (orthodoxes) ne l’empêchent pas de faire preuve d’un certain éclectisme, lorsqu’il invite à son émission son ami de longue date Pierre Vial, païen convaincu et président de l’association "Terre et Peuple".

Activité politique :
Jean-Gilles Malliarakis a eu une activité politique publique mouvementée profondément ancrée à droite dans les années 1970. Il est, à partir de 1975, le dirigeant historique du Groupe Action Jeunesse (GAJ), puis du Mouvement Nationaliste Révolutionnaire (MNR) et enfin du mouvement "Troisième Voie" (les tercéristes). Il est le principal représentant français du mouvement solidariste.

BREF HISTORIQUE DE LA MOUVANCE MNR / TROISIEME VOIE :

- février 1973 : création du Groupe Action Jeunesse (GAJ) regroupant des solidaristes (Alain Boinet, Jean-Pierre Stirbois) et des dissidents du Groupe Union Défense (GUD) et d'Ordre Nouveau hostiles à la tactique de Front National (Patrice Janeau, Michel Bodin, Jean-Claude Nourry). création du Front des étudiants Nationalistes (FEN)

- février 1975 : ralliement de l'Action Nationaliste (Jean-Gilles Malliarakis, Patrice Gélinet)

- 1974-1975 : rupture entre les activistes du Groupe Action Jeunesse (Jean-Gilles Malliarakis, Patrice Janeau, François-Bernard Huyghe, Michel Bodin) et les solidaristes "historiques" (issus du Mouvement Jeune Révolution et du Mouvement Solidariste Français), : certains relancent le Mouvement Solidariste Français (Philippe Lemoult), d'autres fondent le Groupe Action Solidariste-Les Cahiers du Solidarisme (Alain Boinet, Laurent Maréchaux). une partie d'entre eux rejoindra le Front National en septembre 1977 (Union Solidariste : Jean-Pierre Stirbois, Jean-Claude Nourry)

- 1976 : Jean-Gilles Malliarakis reprend "La Librairie Française", ouverte en 1952 par Henry Coston

- 11 février 1979 : le Groupe Action Jeunesse participe à la création du Mouvement Nationaliste Révolutionnaire (MNR) avec les Groupes Nationalistes Révolutionnaires (ex-FN; Jacques Bastide, Patrick Gorre) et Yves Bataille

- 19 février 1982 : le Mouvement Nationaliste Révolutionnaire participe à la tentative éphémère de Regroupement Nationaliste avec l'Œuvre Française (OF) de Pierre Sidos et Militant

- juillet 1984 : création de la Jeune Garde pour les jeunes

- mai 1985 : après sa scission avec le Parti des Forces Nouvelles (PFN), le Groupe Union Défense (GUD) devient l'organisation étudiante du Mouvement Nationaliste Révolutionnaire, la Jeune Garde son organisation lycéenne

- novembre 1985 : le Mouvement Nationaliste Révolutionnaire participe à la création du "mouvement d'initiatives sociales européennes pour la Troisième Voie" avec une partie du Parti des Forces Nouvelles (PFN) et du GUD.

- novembre 1987 : création des Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires (JNR) pour regrouper les jeunes gens proches de Troisième Voie

- mai 1988 : rupture entre Troisième Voie et le Groupe Union Défense (GUD)

- janvier/février 1989 : rupture entre Troisième Voie et les Jeunesses Nationalistes Révolutionnaires (JNR)

- juillet/août 1991 : Jean-Gilles Malliarakis se rapproche du Front National, en y adhérant officiellement. Eclatement du mouvement Troisième Voie : les adversaires d'un rapprochement avec le FN ("Les Tercéristes Radicaux"-Alternative Tercériste) fondent Nouvelle Résistance . Jean-Gilles Malliarakis perd son poste de secrétaire général de Troisième Voie, le mouvement tercériste considérant qu'il n’avait fait que mener une politique réactionnaire, assujettie aux intérêts du Front National.

- 1992 : disparition de Troisième Voie

Organes de presse :
Jeune Garde Solidariste (avril 1975) puis Jeune Nation Solidariste (juin 1977) puis Révolution Européenne (mai 1987)

Philosophie du mouvement TROISIEME VOIE
Fondé par Jean-Gilles Malliarakis. Anti-américain, anti-communiste, Troisième Voie avait pour slogan "Ni Trusts, Ni Soviets." Associé au GUD, ce mouvement s'est momentanément opposé au FN, et a cherché à contrer la montée du sionisme. L'emblème du mouvement était le TRIDENT, que Jean-Gilles Malliarakis a repris comme logo pour sa maison d’édition.

Les causes de la disparition de TROISIEME VOIE en 1991
Il s’est rapidement posé à la direction de Troisième voie le problème de l’avenir politique que pouvait avoir un groupuscule. Les meilleurs cadres du groupe, qui ne se satisfaisaient pas d’une action de témoignage et de dénonciation, étaient aspirés par le FN, alors en pleine ascension, où ils avaient l’espoir de mettre en pratique ce que Troisième Voie énonçait en théorie, et où ils pensaient pouvoir faire de la politique au sens plein du terme.
"Troisième Voie était une association purement idéaliste", confie lui-même Jean-Gilles Malliarakis, quelques années après la dissolution du mouvement.


APRES TROISIEME VOIE

A partir de 1993, Jean-Gilles Malliarakis abandonne définitivement la politique nationale-révolutionnaire (il a mis beaucoup d'eau dans son vin depuis) et se convertit au libéralisme économique (ultra-libéralisme diront les mauvaises langues) dont il développe longuement les thèses dans son libre-journal.

Il abandonne finalement son poste de responsable francilien de la CDCA et finissait par fermer sa librairie léguée par Henri Coston (la Librairie française), pour se consacrer à ses activités d'éditeur et d'écrivain.

Jean-Gilles Malliarakis adhère dès 1995 au cercle Idées-Actions. Fondé en octobre 1994, le cercle Idées-Action permet à Alain Madelin (un ancien d'Occident, petit groupe de résistance anti-gauchistes de la fin des années 60) de piocher dans toutes les familles de la droite, exception faite des démocrates-chrétiens de type François Bayrou. Jean-Gilles Malliarakis, y côtoie Alain Juppé, Thierry Jean-Pierre (décédé en août 2005), Henri de Lesquen, Jean-Marc Varaut (décédé en 2005), Thierry Mariani, Renaud Muselier .... Le cercle Idées-Actions fut un lieu de rencontre fructueux entre la (fausse ?) droite et la droite nationale.

Jean-Gilles Malliarakis a également fait partie de la direction et du Bureau national (vice-président national, délégué régional d’Ile-de-France) du CDCA (Confédération de Défense des Commerçants et Artisans, Agriculteurs et Professions Libérales), où il a œuvré aux côtés de Christian Poucet et de l’ancien député Pierre Poujade. Le CDCA est issu d’une scission du CID-UNATI, le grand syndicat poujadiste des années 70.
Le CDCA est une organisation de défense contre le racket fiscal, il réclame la baisse de la fiscalité sur les entreprises. Il compte environ 50 000 adhérents

Au sein du CDCA, Jean-Gilles Malliarakis monte sa propre mouvance, le CDCA-E, dont le programme est adopté par le congrès du 24 février 1991. En 1991 également, la tendance de Jean-Gilles Malliarakis au CDCA se rapproche du Front National. Lors du dernier Congrès du FN à Strasbourg (1997), Jean-Gilles Malliarakis faisait partie des invités personnels de Jean-Marie LE PEN.

BIBLIOGRAPHIE

Aux Editions du TRIDENT :

"La Droite la plus suicidaire du monde" : les effets du sectarisme chiraquien à sens unique 128 pages 10 euros

"L’Histoire recommence toujours" : En réponse à la thèse de Fukuyama sur la fin de l’Histoire ce petit volume développe le thème d’une conférence donnée à l'université annuelle du club de l’Horloge en 1998, qui permit à Karl Zéro de construire un petit scandale bidonné 128 pages 10 euros

"Le Livre Noir des retraites" : Comment sortir de la faillite programmée de la retraite par répartition et des régimes monopolistes 128 pages 10 euros

"La Gauche caviar patauge dans le yaourt" : Ecrit et publié en 2001 ce petit livres explique pourquoi les deux compères de la cohabitation, Chirac et Jospin, allaient être récusés par les Français 128 pages 7 euros

"Yalta et la Naissance des blocs" : Publié pour la première fois en 1982, plusieurs fois réédité, ce livre retrace la vérité des accords, jamais démentis, entre Américains, Britanniques et Soviétiques, conclus à la fin de la seconde guerre mondiale et qui ont dessinés le monde actuel... Derniers exemplaires avant réimpression : 224 pages 20 euros

Aux Editions de Paris :

"Lettre ouverte aux futurs retraités" : La certitude de l'effondrement des régimes de répartition a été démontrée en France dès les années 1980. Les "responsables" politiques et le lobby des mutuelles se sont toujours opposés à la prise en considération de cette évidence. (140 pages, 2000), prix 12 euros.


LE PEINTRE MAYO (1905 - 1990)
(livre "Un peintre et le cinéma" par Nikita Malliarakis, Edition L'Harmattan )
Le peintre grec Mayo (Antoine Malliarakis), a laissé dans l'Histoire du cinéma français une empreinte aussi profonde que méconnue. C'est en créateur de costume que son génie est reconnu : Arletty, Maria Casarès, Simone Signoret, Pierre Brasseur, Gérard Philippe, Michel Simon…ces silhouettes sont son œuvre. Ce récit, hommage d'un fils pour son père, est avant tout une étude sur le rôle capital tenu par les costumes dans la cohérence de la narration et la définition de la psychologie des personnages

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mayo_%28peintre%29


DES ŒUVRES PICTURALES DE MAYO
http://perso.wanadoo.fr/MuseeDeSeinePort/Salles/Mayo/SalleMayo.htm




CITATION
"Le livre Socialisme maçonnique, qui vient de paraître, explique comment, selon l’auteur, les Francs-Maçons du Grand-Orient gouvernent la France depuis un siècle". Jean-Gilles Malliarakis
NDLR : Le livre "Socialisme maçonnique" d'AG Michel s’intéresse aux textes politiques des convents du Grand-Orient de France à partir des années 1920.


COORDONNEES

LES ÉDITIONS DU TRIDENT
39, rue du Cherche Midi
75006 Paris

Téléphone : 06 72 87 31 59
Télécopie : 01 47 63 32 04

Site web : http://www.insolent.fr ou http://www.europelibre.com

 

 

[source:  http://courtoisie.forumactif.com/viewtopic.forum?t=51 modifié]


 

Il s'occupe de la bibliothèque (chrétienne) de la Crypte de la Cathédrale Saint-Alexandre-de-la-Neva, 12 rue Daru, 75008 Paris
http://j.malliarakis.free.fr/catalogue.html


 

 

Libre Journal du vendredi 18h, toutes les 2 semaines

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00


présentation temporaire

 

 

Né en 1946 à Paris de parents émigrés russes.

Peintre anomorphosiste, sociétaire du National des Beaux Arts, fervent organisateur des contacts entre la Russie et la France. "La synthèse du Génie russe et de l'âme francaise".

Nicolas Tikhobrazoff est montmartrois et monmartrophile !

 

http://www.galeriejpm.com/page226.html
http://www.galeriejpm.com/page475.html

 

Nicolas Tikhobrazoff est président-fondateur de Artcorusse
http://artcorusse.org


 

 

Libre Journal des Collectionneurs le jeudi à 12h, toutes les 4 semaines

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00




 

 

Benjamin Guillemaind (29 mai 1926 - 6 février 2012) a été maître artisan carreleur de 1950 à 1990. Il est devenu successivement président du groupe d'étude "Sauvegarde et Promotion des Métiers", et directeur du bulletin "Hommes et Métiers".

Il fut membre fondateur et délégué général de l'Alliance Sociale, une association qui milite pour la subsidiarité, pour la reconstitution des corps intermédiaires, ainsi que pour un certain corporatisme, dans le cadre d'un humanisme chrétien et dans le respect de la doctrine sociale de l'Eglise.

 

Il a animé le "Libre-journal des Artisans" jusqu'en 2009.

Les thèmes abordés au cours du libre-journal des artisans sont liés à l'artisanat sous toutes ses formes :
- artisanat d'art , la limite entre artisan et artiste étant parfois assez ténue (sculpteurs, luthier, ...)
- artisanat du bâtiment, tous corps d'état
- artisanat de production agricole

L'artisanat y est abordé à la fois sous les aspects techniques (explication détaillée des produits et de leur processus d'élaboration) , économique, ou même philosophiques ou morales.

Benjamin Guillemaind se soucie également des questions de santé et de la qualité de l'alimentation ; il invite régulièrement des producteurs de l'agriculture biologique à son libre-journal.

On est toujours agréablement surpris du degré d'érudition et de la correction de langage de ses invités et de Guillemaind qui, artisans pour la plupart et n'ayant pas fréquenté les universités, s'expriment dans un français très correct et font parfaitement passer à l'antenne la passion de leurs métiers.


Benjamin Guillemaind a également
collaboré avec les associations suivantes :

- Pauvreté et Politique
Ce comité, association loi 1901 soutenue entre autres par des partis politiques très disparates, interpelle les hommes politiques de France et d'Europe pour que l'économie serve à supprimer la pauvreté, le chômage, l'illettrisme, la misère matérielle et morale, l'exclusion, la perte de revenu et d'emploi. La monnaie doit servir l'homme et non l'asservir.
Internet :
http://www.pauvrete-politique.com

- A.G.N.V.S. (Association "Les Guides de la Nature, de la Vie et de la Santé")
Association loi de 1901, créée le 25 août 1995 sur une idée d' Henry Coston, et dans le sillage de l'oeuvre philanthropique et apolitique entreprise en 1946 par Henri-Charles Geffroy, le fondateur du journal "La Vie Claire", l'AGNVS se propose de diffuser des connaissances concernant l'environnement en général et en particulier l'habitat, la lutte contre les pollutions et les désertifications des régions, pour les énergies et les ressources ne mettant pas en péril l'environnement, pour le maintien des équilibres naturels, pour la qualité de la santé, d'une alimentation saine et de l'agriculture biologique.
Internet :
http://agnvswebmestre.free.fr/centre.htm


L'ALLIANCE SOCIALE DES PEUPLES ET PAYS DE FRANCE



L'Alliance Sociale est une association née en 1997 à l'initiative de quelques professionnels, économistes et syndicalistes, en vue de coordonner des personnes et des associations qui ont une même conception de notre communauté de destin.
L'Alliance sociale ne vise pas la prise du pouvoir mais un éclatement et une redistribution des pouvoirs aux multiples corps intermédiaires afin qu'ils disposent d'espaces de souveraineté. Il s'agit de briser l'étau de la pensée unique libéralo-socialiste, dominante depuis la Révolution. Elle met également l'accent sur la formation.
Sa doctrine est résumée dans une plaquette de 40 pages intitulée : "Restaurer le peuple en ses états". Elle publie les journaux "Hommes et Métiers" et "As de Trèfle".

Partant d'un constat accablant portant sur la dégradation de nos institutions (qui pourrait déboucher sur l'anarchie ou sur une guerre civile), sur le rejet des politiques et des syndicats, sur l'obsolescence de l'opposition droite/gauche face à l'insécurité et à la dépravation des moeurs, sur l'antagonisme individu-Etat d'où sont issus les partis politiques, sur l'essouflement du régime après deux siècles de (dys)fonctionnement et renvoyant dos à dos socialisme et libéralisme,
l'Alliance sociale entend porter son effort sur le secteur professionnel, économique et social, trop négligé, alors que de nombreux groupes ont privilégié le combat scolaire, familial, religieux ou culturel. Elle se veut un groupe d'étude et de formation par référence à la doctrine sociale de l'Eglise qui repose essentiellement sur les corps intermédiaires, rappelée par toutes les encycliques sociales. Elle privilégie quatre axes principaux :
- une réforme institutionnelle et parlementaire,
- une revitalisation des corps intermédiaires,
- une réforme monétaire et bancaire,
- une réforme syndicale à partir de la notion de métier.

Anti-centralisatrice et anti-jacobine, l'Alliance Sociale souhaite redéfinir un parlementarisme fondé sur les communautés naturelles (commune, région) et confier à ces communautés une plus grande souveraineté vis-à-vis de l'Etat.
Elle souhaite remettre en cause le mandat représentatif, représentant un "intérêt général idéologique", au profit du mandat impératif , qui fait du député le défenseur des intérêts de ses électeurs. Le bien commun national pourrait alors être défendu par une chambre de sages, choisis pour leur indépendance, leur valeur morale et leur sens de la justice.
A une assemblée de partis, l'Alliance Sociale souhaite substituer une assemblée d'états régionaux, économiques, sociaux, familiaux... expression du pays réel et des corps intermédiaires qui en sont les réalités vivantes, par la réunion d'Etats généraux.

L'Alliance Sociale préconise la reconstitution d'une société de corps intermédiaires, fondée sur la subsidiarité (La subsidiarité vise à définir quel est, pour assumer telle ou telle compétence, l'échelon le plus pertinent pour engager efficacement des moyens en personnel et matériel) :
Pour avoir trop oublié que l'homme évolue dans de toutes petites communautés (la famille, l'école, les métiers, les associations, les collectivités territoriales...) , on est tombé dans l'égalitarisme et l'uniformisation qui ont produit les affrontements de classe et d'intérêts, considérés faussement comme une loi de la vie. Le marxisme a systématisé ce principe d'opposition et de lutte.

"Chaque corps intermédiaire correspond à une identité qu'il faut enrichir et préserver. C'est dans son espace propre de compétence qu'il doit jouir de libertés et exercer sa pleine souveraineté. La souveraineté est un droit à l'autosuffisance qui se fonde sur la liberté des personnes à s'autogérer. Aussi doivent-ils disposer de pouvoirs correspondants, c'est-à-dire être capables de faire leur propre loi, assurer leur propre police et disposer des moyens financiers de leur indépendance.
Les corps intermédiaires sont les éléments du lien social et les facteurs indispensables d'intégration. Au lieu de l'assistance et de la solidarité mécanique, ils doivent accomplir la plus grande partie des tâches de solidarité sociale."

"L'Etat ne serait plus le gérant, mais le garant de ces souverainetés partielles qu'il protège, accroît et contrôle en vue du bien commun. La souveraineté nationale, établie sur le nombre, peut alors éclater en une multitude de souverainetés divisibles, sectorielles, mais solidairement unies au sommet autour d'un pouvoir renforcé."

"Parler de subsidiarité sans corps intermédiaires est un non sens. Le respect de la subsidiarité implique la reconnaissance d'une stratification sociale, la différenciation des pouvoirs et des inégalités qui en découlent. "

L'Alliance sociale préconise un réforme monétaire et bancaire pour lutter contre les manipulations financières et les flux spéculatifs qui déstabilisent l'économie : "rendre à la Banque de France le monopole de la création monétaire et mettre en circulation une monnaie sans intérêt en quantité équivalente aux biens créés par les entreprises et à la croissance du P.I.B."
Elle souhaite également le développement du crédit social.

Face à l'échec du syndicalisme, qui n'est jamais parvenu au stade de communauté organisatrice de l'économie, l'Alliance Sociale propose :

- des chambres professionnelles regroupant des hommes de métier qui auraient des fonctions économiques et sociales pour élaborer, promouvoir et contrôler la politique économique de chaque secteur : les prix, les salaires, les diplômes et l'apprentissage, les banques professionnelles, l'emploi... la police du métier. Elles pourraient prendre des arrêtés ayant force de loi, dans la limite de leur compétence.
- des chambres de commerce d'industrie et d'artisanat regroupant des entreprises et gérant leurs problèmes spécifiques. A une économie de profit, où les agents économiques se conduisent en prédateurs, il conviendrait de substituer une économie de besoins en restaurant des rapports d'amitié entre partenaires.

Sur le plan économique, l'Alliance sociale propose la cotisation sociale sur la valeur ajoutée des entreprises et des produits importés ou un système de mutualisation commerciale par produits.

La doctrine détaillée de l'Alliance Sociale :
http://www.alliance-sociale.org/quisonous.html



BIBLIOGRAPHIE

Ouvrage préconisé par l'Alliance Sociale :
"Les dieux du crépuscule", Alexis Arette, Editions Godefroy de Bouillon
"Cet ouvrage d'Alexis ARETTE, paru en l997 aux Editions Godefroy de Bouillon, constitue un livre de base de l'Alliance Sociale. L'analyse des causes fondamentales de la dérive de notre société, qu'y a brossée l'auteur, constitue une excellente initiation pour mieux comprendre les évènements mondiaux qui nous mènent au désastre."

"La Subsidiarité", (ouvrage collectif sous la direction de Benjamin Guillemaind), Editions Paris-Comète (2005)

"Alimentation, Santé, Ecologie face à l'ordre naturel de la création", (ouvrage collectif sous la direction de Benjamin Guillemaind), Paris-Edition (2005)

"Aux sources de l'erreur libérale", (en collaboration avec Arnaud Guyot-Jeannin), L'Age d'Homme (Collection vu d'ailleurs)
Recueil d'essais sur la misère morale et humaine proposée par le système libéral, ce collectif, dirigé par Arnaud Guyot-Jeannin et Benjamin Guillemaind, rassemble des textes aux points de vue très divers, mais dont l'objectif commun est de définir une troisième voie identitaire alternative au matérialisme marxo-libéral, et plus généralement aux ravages du libéralisme mondial.

"Le corporatisme, solution d'avenir", Editions H.& M.

"L'impôt sur l'énergie", Editions H.& M.

"Libéralisme Socialisme, deux frères ennemis face à la doctrine sociale de l'Eglise", Editions Tequi (2002), ouvrage collectif placé sous la direction de Benjamin Guillemaind

Sous la houlette de Benjamin GUILLEMAIND, inspiré par 40 ans de vie artisanale à la défense des valeurs qu'elle représente, six auteurs engagés à des titres divers dans la vie professionnelle ou sociale (Aldric BOULANGÉ, Bruno SAINT-ELLIER, Georges JACOVLEV, Bernard LE SUEUR, Jean-Pierre DUTRIEUX, André GANDILLON), ont chacun abordé un thème spécifique (propriété, syndicalisme, monnaie) à l'écoute la plus fidèle de l'enseignement de l'Église, pour tenter de redresser une économie à la dérive.

Préfacé par Monseigneur Lagrange, évêque de Gap, l'ouvrage commence par rappeler les maux dont souffre notre société:
Dictature de l'argent, chômage, déracinement des hommes et des entreprises, renversement des valeurs, avenir de l'espèce menacée, surabondance provocante, pauvreté scandaleuse, alimentation frelatée tous ces méfaits éclatent au grand jour sur toute la surface du globe.
L'intervention de l'État centraliste, jacobin et socialiste détruit la responsabilité personnelle et tout esprit d'initiative. Il réduit un homme planifié à l'état de machine à produire et à consommer.

La cause première ? L'idéologie libérale qui place la liberté économique au centre de tout et au service d'une finance anonyme et vagabonde. L'un et l'autre système donnent l'illusion de s'opposer. Ils relèvent en fait d'une même conception individualiste de l'homme qui transforme le monde du travail en une jungle impitoyable ou en une immense caserne et isole l'homme de ses communautés naturelles : famille, métier, village, province et tue les solidarités organiques à l'échelle humaine.

Ce livre présente les remèdes offerts par une conception chrétienne de l'homme pour rétablir une économie à visage humain. A partir de la pratique économique vécue, il propose de revenir aux bienfaits de l'économie locale, à la chaleur de l'entreprise familiale et de restaurer des espaces "d'autonomie et de souveraineté".

Il place la personne humaine au coeur même d'une société organisée. Face aux erreurs du socialisme en matière de politique économique, beaucoup ont vu dans le libéralisme l'antidote qui ramènerait un ordre plus naturel. Toutefois, ces deux idéologies procèdent à l'origine d'une double erreur : l'une sur la liberté, l'autre sur la conception de la personne, considérée comme un être isolé.

L'intérêt de cet ouvrage, fort bien écrit et largement documenté réside principalement :
- dans l'établissement d'une comparaison entre les deux idéaux, libéral et socialiste, tout en détruisant un à un les diktats imposés
- dans le déterminisme de la Doctrine sociale de l'Eglise, qui fait apparaître une conception chrétienne de l'homme pour rétablir une économie à visage humain.


COORDONNEES

L'Alliance Sociale des Peuples et Pays de France
11, rue du Bel-Air
94230 Cachan
Tél : 01 46 63 69 17

Internet : http://www.alliance-sociale.org

Courriel : contactalliance-sociale.org

 

 

 


 

 

Libre Journal du vendredi 18h, toutes les 4 semaines

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00
Catherine Rouvier


Catherine Rouvier(-Mexis) est docteur d'état en droit public et sciences politiques de la faculté de droit de Paris 2 (Panthéon Assas).


Elle a publié aux PUF en 1986 : "Les idées politiques de Gustave Le Bon, ou la mesure de l'irrationnel en politique". L'ouvrage, préfacé par Edgar Faure, a reçu le prix Fabien de morale et de sociologie de l'académie française en 1987.


Elle a participé à l'ouvrage "Service public et Communauté européenne : entre l'intérêt général et le Marché" paru en 1998 à la Documentation française avec Robert Kovar, Denis Simon etc. (pp 121 à 144 : « Service public ou service rendu au public ? »)
Ainsi qu'au livre "Quinquennat, dites leur non" paru en2000 aux éditions François Xavier de Guibert Paris avec Pierre Dabezies, Philippe de saint Robert Pierre André Taguieff etc.(pp 64 à77 : « Un seul lit pour deux rêves »)


Elle est l'auteur de chroniques régulières sur la vie politique dans la revue « Liberté politique »


On lui doit aussi des conférences et communications dans de nombreux colloques français et internationaux, notamment sur l'Europe : en 2002 à l'Université d'Aix en Provence « De l'(in)utilité d'une Constitution européenne », en 2003 au Parlement européen de Bruxelles « Personnes et institutions : Le principe de subsidiarité », en 2004 à Beyrouth, en 2005 à Paris : « L'Europe un objet politique non identifié »


Elle enseigne dans plusieurs universités et instituts, à Paris et en province, en France et à l'étranger.


Membre des fédérations professionnelles « enseignement recherche » et de l'Académie d'études Sociales, elle est l'auteur d'un rapport sur les enfants précoces et l'école (« l'intelligence en trop » , cf. ci-dessous)


En mars 2007, elle est membre pour la seconde année du « Prix du jeune Cicéron » qui récompense le meilleur discours politique et pour lequel concourent de nombreux étudiants


Fin décembre 2006 est parue la 4e édition revue et augmentée de son manuel de « sociologie politique » chez Lexis Nexis (collection « objectif droit »).


Invitée par Jean Ferré des les premiers mois de Radio Courtoisie pour parler de Gustave le Bon, elle a dirigé plusieurs « libres journaux » en 1990, avant de quitter Paris pour plusieurs années. A nouveau invitée par Jean Gilles Malliarakis en 2004 pour parler de la 3e édition de « Sociologie politique », elle y est venue depuis de plus en plus régulièrement, jusqu'à se voir confier une émission toutes les 4 semaines.



Ses articles en ligne sur la site Liberté politique :

Du Boogie Woogie dans la prière du soir (fin 2006)
http://www.libertepolitique.com/public/services/revue_article-41-3-1-Du-Boogie-Woogie-dans-la-priere-du-soir.html


L'intelligence en trop (début 2006)
http://www.libertepolitique.com/public/services/revue_article-38-1-1-L-intelligence-en-trop.html


Le futur traité européen et la Constitution française (début 2005)
http://www.libertepolitique.com/public/services/revue_article-34-0-3-Le-futur-traite-europeen-et-la-Constitution-francaise.html


Congrès de l'UMP : de nouveau un pilote dans l'avion (décembre 2004)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-1085-Congres-de-l-UMP-:-de-nouveau-un-pilote-dans-l-avion.html


XXe congrès des juristes catholiques : autopsie d'une laïcité défunte (décembre 2004)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-1099-XXe-congres-des-juristes-catholiques-:-autopsie-d-une-laicite-defunte.html


Nicolas Sarkozy devant les Cercles libéraux : "Justice sociale et libéralisme" (novembre 2004)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-1069-Nicolas-Sarkozy-devant-les-Cercles-liberaux:-%22Justice-sociale-et-liberalisme%22.html


Gaudemus ! La sagesse des électeurs (juin 2004)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-998-Gaudemus--La-sagesse-des-electeurs.html


Quand les foules ont peur, la contagion du vote sanction (mars 2004)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article.php?id=941


Retrait de l'amendement Garraud : une occasion manquée (janvier 2004)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-883-Retrait-de-l-amendement-Garraud-:-une-occasion-manquee.html


Personne et institutions : la subsidiarité (octobre 2003)
http://www.libertepolitique.com/public/services/revue_article-29-5-0-Personne-et-institutions-%3A-la-subsidiarite.html


Autre monde contre Nouveau monde (novembre 2003)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-859-Autre-monde-contre-Nouveau-monde.html


Le biscuit des grognards. Lettre aux "malgré-eux" de l'UMP (novembre 2002)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-566-Le-biscuit-des-grognards-Lettre-aux-%22malgre-eux%22-de-l-UMP.html


UMP : le RPR et DL se sont sabordés pour construire "l'Union". Les libéraux auront-ils leur place dans la "Maison bleue" ? (septembre 2002)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-491-UMP-:-le-RPR-et-DL-se-sont-sabordes-pour-construire-%22l-Union%22-Les-liberaux-auront-ils-leur-place-dans-la-%22M


La rentrée de Lionel Jospin : une question d'âge (octobre 2001)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-33-LA-RENTREE-DE-LIONEL-JOSPIN-:-UNE-QUESTION-D-AGE.html


La dérisoire philosophie de la mini-jupe face au voile islamique (octobre 2001)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-272-LA-DERISOIRE-PHILOSOPHIE-DE-LA-MINI-JUPE-FACE-AU-VOILE-ISLAMIQUE.html


Alain Lipietz, candidat des verts a la présidentielle : le rouge est mis (juillet 2001)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-43-ALAIN-LIPIETZ-CANDIDAT-DES-VERTS-A-LA-PRESIDENTIELLE-:-LE-ROUGE-EST-MIS.html


Municipales : Les "bobos" envahissent la capitale (janvier 2001)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-48-MUNICIPALES-:-LES-%22-BOBOS-%22-ENVAHISSENT-LA-CAPITALE.html


Le chrétien devant le clivage gauche/droite (juillet 2000)
http://www.libertepolitique.com/public/services/revue_article-15-0-4-Le-chretien-devant-le-clivage-gauche-droite.html


En finir avec le Mitterrandisme (janvier 1999)
http://www.libertepolitique.com/public/services/revue_article-9-1-1-En-finir-avec-le-Mitterrandisme.html


Présidentielles, rive gauche : Lionel Jospin découvre les méfaits de la cohabitation (octobre 2001)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-29-PRESIDENTIELLES-RIVE-GAUCHE:-LIONEL-JOSPIN-DECOUVRE-LES-MEFAITS-DE-LA-COHABITATION.html


L'impasse du combat laïque contre le terrorisme islamiste (octobre 2001)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-31-L-IMPASSE-DU-COMBAT-LAIQUE-CONTRE-LE-TERRORISME-ISLAMISTE.html


Césars du cinéma français : rendez-nous nos lauriers ! (février 2001)
http://www.libertepolitique.com/public/decryptage/article-370-CESARS-DU-CINEMA-FRANCAIS-:-RENDEZ-NOUS-NOS-LAURIERS-.html


"Sociologie politique", 4e édition



http://boutique.lexisnexis.fr/jcshop3/home?site=jcshop3&showproduct=RV7


catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00






Benoît Mancheron est né le 27 mars 1966 au Raincy, de souche picarde et franc-comtoise.

Sorti d'hypokhâgne moderne (Lycée Condorcet) en novembre 1984, il intègre l'équipe de la librairie Duquesne Diffusion en septembre 1985, tout en poursuivant des études de théologie et de gestion d'entreprises. Éphémère documentaliste au mensuel Le Choc du mois (première version), il a écrit dans diverses revues dont Réaction et Lecture et tradition. À l'initiative de quatre agendas thématiques de 1996 à 1999, il réunit de nombreux historiens et écrivains autour de thèmes divers tels que le XVe centenaire du baptême de Clovis, la mer ou les vins de France sous le patronage de Jean-François Chiappe, d'Éric Tabarly et du professeur Ribéreau-Gayon. En 1992, il participe à la rédaction de l'Encyclopédie politique française d'Emmanuel Ratier. Responsable éditorial aux Éditions de Paris depuis 1997 et gérant de Via Romana depuis 2006, il dirige l'émission « Au fil des pages » toutes les quatre semaines le mercredi matin sur les ondes de Radio Courtoisie. Il est directeur de publication de la Nouvelle Revue d'Histoire depuis sa création, signe une chronique de culture chrétienne à Fideliter et œuvre à la librairie France-Livres depuis avril 2004.



Ouvrages


  • Saint François d'Assise. Collection Nos amis du Ciel. Éditions de Paris, 1998
  • Chroniques de l'âme. Sélections d'aphorismes d'Alphonse de Châteaubriant (Éditions Perrin et Perrin, 1999)
  • 10 agendas Clovis de 1998 à 2008




Disques compacts et cassettes (France productions)

  • Les plus beaux textes sur la Vierge Marie
  • Saint François d'Assise
  • Sainte Jeanne d'Arc
  • Saint Vincent de Paul
  • Saint Louis
  • Sainte Catherine Labouré
  • Sainte Bernadette Soubirous
  • Sainte Thérèse de Lisieux
  • Saint Jacques de Compostelle
  • Saint Benoît


catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00





Patrick Barriot est médecin anesthésiste-réanimateur. Il a effectué une thèse de génétique moléculaire. Ancien colonel dans l'armée française, sa carrière s'est déroulée au sein d'unités opérationnelles : brigade des sapeurs-pompiers de Paris, 11re division parachutiste, antenne chirurgicale avancée, unités d'intervention de la Sécurité civile (dont il fut le médecin-chef). Il enseigne la toxicologie d'urgence à la faculté de médecine de Montpellier. Il est spécialisé dans les risques nucléaires, radiologiques, chimiques et bactériologiques.


Ses livres :
http://www.amazon.fr/exec/obidos/search-handle-url/index=books-fr&field-author=Patrick+Barriot


catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00






- Historien et romancier.
- Professeur de Droit, d'Histoire des Institutions, d'Histoire et de Relations internationales dans divers Instituts français.
 
- Auteur de :
Le Vol de l'aigle. Le jeu de la fidélité et du pouvoir, Christian, 2002 (Roman)
Le duel ou les rebelles de l'an II, Choletais (Roman)
Epopée de la Vendée, Choletais (Roman)


[source : http://theoteam.zeblog.com/138671-la-culture-chretienne]

 


catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00

 


Curriculum vitæ de Yves-Marie LAULAN, au 27/11/2008


Economiste, banquier et démographe, Yves-Marie LAULAN, né à Bordeaux en 1934, s’intéresse plus particulièrement aujourd’hui aux problèmes géopolitiques liés à la démographie.

Après des études de Sciences politiques, un Master of Arts aux Etats-Unis, un diplôme du Collège d'Europe à Bruges, et un Doctorat d’Etat de Sciences économiques, il a été successivement : (1961) économiste au FMI, à la Banque mondiale et à l’Agence française de Développement; (1967) conseiller au Cabinet de Michel Debré au ministère des Finances, puis des Affaires étrangères; (1969) directeur des Affaires économiques et président du Comité économique de l'OTAN ; (1974) directeur des Etudes de la Société générale ; (1984) directeur général du Crédit municipal de Paris et président du réseau France. Il est consultant international depuis 1995.

Yves-Marie LAULAN a enseigné à Sciences-Po, à Paris-Dauphine, puis au Panthéon (Paris II).Il a été conférencier à Polytechnique, à l’IHDN et à l'Ecole supérieure de Guerre, membre de la Commission des Comptes et des Budgets économiques de la nation, président de l'Association internationale des économistes de banque et du Cercle des libertés républicaines ).  Il est président de l’Institut de Géopolitique des Populations.

Il écrit régulièrement dans la presse française ou internationale, et a publié en France et à l'étranger une quinzaine d'ouvrages dont : « Politique conjoncturelle et Marché Commun », « Tiers-monde et environnement », « Physiologie de la France », « Visa pour un Désastre », « La Triche » (publié aux Etats-Unis, au Japon et au Brésil), « Bien sortir du socialisme » , « La Planète balkanisée » (couronné par l’Académie des Sciences morales et politiques) », « La Faillite des "Machins" », « Demain , la Femme », « Les Nations suicidaires » (réédité en 2003) et plus récemment, « Allemagne, chronique d’une mort annoncée ».

Il est chevalier de la Légion d’honneur, du Mérite national et membre du Cercle national des Armées.

 

 


catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00


David Mascré est docteur en mathématiques et docteur en philosophie et en histoire des sciences. Chargé de cours à l'université Paris V, professeur de géopolitique à l'école des Hautes études internationales et à l'école des Hautes études commerciales, il collabore à de nombreuses revues et participe aux travaux de plusieurs fondations. Spécialiste de géostratégie et d'analyse prospective, titulaire d'un troisième cycle en analyse des menaces criminelles contemporaines, il s'intéresse de près aux nouvelles menaces et aux nouvelles formes de violence et de criminalité qui traversent et structurent le monde contemporain.

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00

 

 

cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Yannick_Urrien

 





 

Libre Journal du jeudi 18h, toutes les 4 semaines



catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00


CV au format Word




Pascal Manuel HEU


Critique et historien du cinéma

PMH. Né dans la même commune que le meilleur éditeur français de cinéma des années 1960-1980, entre la sortie à Paris des films Démons sexuels, "Macaroni-porno" (dixit la revue Ecran 74) et « monument de niaiserie » (selon La Revue du cinéma), et Les Charnelles, le même mois que le Club privé (pour couples avertis) de Max Pécas, "steak-frites-porno" (Ecran 74), et que La Brute et la perverse (coup bas pour l’amour), entre autres joyeusetés, soit l’année de l’explosion de l’érotisme dans les cinémas français. Mais également peu après la sortie de L’Horloger de Saint-Paul, tourné par Bertrand Tavernier pas bien loin du lieu de naissance de PMH, et le lendemain de la sortie de Lacombe Lucien.

Habitant en banlieue, sinon en cité, rue du 14 juillet 1789.



Parcours universitaire

- Thèse de doctorat (« Émile Vuillermoz (1878-1960) et le cinéma ») en cours de préparation sous la direction du professeur Jean A. Gili, Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne)
- Maîtrise et D.E.A. d’histoire socio-culturelle soutenus sous la direction de Pascal Ory et Antoine de Baecque, Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ)


Prix (décernés au mémoire de maîtrise)

- Mention spéciale, en janvier 1998, à l’occasion du dixième anniversaire du Prix Simone-Genevois, qui récompense les meilleurs travaux universitaires sur le cinéma
- Prix de la Critique Historique de Cinéma (Prix Jean-Mitry, catégorie « Jeune Universitaire », Institut Jean-Vigo de Perpignan, décembre 1998)



Livres et numéros de revues

A paraître

- Devant l’écran. Écrits sur le cinéma d’Émile Vuillermoz, textes réunis et présentés par Pascal Manuel Heu (introduction : « Émile Vuillermoz critique et théoricien oublié du cinéma : la promesse obscure et lointaine d’un avenir insoupçonnable... ») ; parution prévue fin 2008 dans la collection « Les Temps de l’image », chez L’Harmattan
- Recueil des textes publiés par François Vinneuil dans Je Suis Partout pendant l’Occupation (en collaboration avec Philippe d’Hugues et Marc Laudelout), parution prévue chez Pardès fin 2009

Parus

- "Le Temps" du cinéma : Émile Vuillermoz, père de la critique cinématographique, 1910-1930, préface de Pascal Ory, Paris, Editions L’Harmattan, octobre 2003, II-314 p.
- « Henri Béraud et le cinéma », Cahiers Henri Béraud (Association rétaise des amis d’Henri Béraud), 2 vol., n°XIV et V, 4e trimestre 2007 (octobre) et hiver 2007-2008 (décembre), 98 et 62 p.
- « Henri Béraud. Bilan général de 15 années de publication par l’Association Rétaise des Amis d’Henri Béraud » (présentation de la publication, liste de sommaires et index), Cahier Béraud, n°XVII, été 2008 (2e trimestre 2008 ; juin), 50 p.

Participation à des ouvrages collectifs

- Notices sur les critiques Émile Vuillermoz et Lucien Wahl, dans le Dictionnaire du cinéma français des années vingt (1895, n°33, juin 2001)
- « Les Rois du désert : peut-on rire de la guerre en Irak ? », dans Le Cinéma et la guerre (dir. Hervé Coutau-Bégarie / Philippe d'Hugues, Paris, Commission Française d’Histoire Militaire / Institut de Stratégie Comparée / Economica, 2006)

En préparation

- « Henri Béraud et l’affaire Salengro à travers deux téléfilms », Cahiers Henri Béraud
- Histoire / Anthologie des écrits sur le cinéma parus pendant l’Occupation
- « Lucien Wahl (1874-1967), pionnier de la critique cinématographique », dossier pour la revue de l’Institut-Vigo Archives
- Politique de la réception des films, sur la réception idéologique du cinéma
- Contre le cinéma… tout contre ! Anthologie de la cinéphobie
- Cahier n°55 des ARB, « spécial Cinéma / Audiovisuel » (publication prévue à l’hiver 2010-2011)
- Cahier n°56 des ARB, Index des CARB (publication prévue à l’hiver 2011-2012)
- Truffaut et Vinneuil
- "C’est formidable le cinéma, à la radio"
- Inventaires : dossiers et numéros spéciaux consacrés au cinéma par les publications francophones non cinématographiques ; fonds Émile-Vuillermoz de la Médiathèque Musicale Mahler (Paris)



Articles

À paraître

- « L’indistinction comme distinction – la qualification comme disqualification : le porno, genre cinématographique par excellence » (communication au colloque « Obscénité, pornographie et censure (19e – 20e siècles) : Les mises en scène de la sexualité », Université libre de Belgique, Centre de droit comparé et d’histoire du droit, plateforme « Normes, genre et sexualités », 19 avril 2008 ; actes à paraître sur le site de l’ULB)

Parus

- Études et notes sur Émile Vuillermoz : « Emile Vuillermoz et la naissance de la critique de cinéma en France », 1895 (revue de l’Association française de recherche en histoire du cinéma ; n°24, juin 1998) ; « Faking evidence - Nobody framed that wasn’t guilty. Mise au point sur l’attitude d’Émile Vuillermoz sous l’Occupation », 1895 (n°29, décembre 1999) ; notes de présentation de la « Correspondance Émile Vuillermoz – Sacha Guitry » publiée dans Positif (n°520, juin 2004)
- Études et notes sur la cinéphilie et son histoire : « Cinéphobie versus cinéphilie : le cas de Paul Souday (1915-1929) », Les Cahiers de la cinémathèque (n°70, actes du colloque « Les intellectuels français et le cinéma » (Institut Jean-Vigo, décembre 1998), octobre 1999) ; réponse au questionnaire "cinéphilique" de feue Françoise De Paepe, sur « Cinerivage.com » (janvier 2003) ; « La banlieue doublée. Ou : peut-on aimer le cinéma américain quand on habite la "Cité du Patrimoine cinématographique" ? », sur « Objectif-cinéma.com » (2004) ; Courrier sur la création d’un Institut "Mémoires de l’édition et de la documentation cinématographiques", dans Ciné-Scopie (n°12, décembre 2008) ; Courrier sur Louis Delluc, inventaire de la critique de cinéma, dans Ciné-Scopie (n°13, mars 2009)
- Analyses et comptes rendus de films : Je suis avec toi (Henry Decoin, 1943), Raw Deal (Anthony Mann, 1948), Captive Wild Woman (Edward Dmytryk, 1948), The Last Safari (Henry Hathaway, 1967), sur « Cine-studies.net » (rubrique "cabinet de curiosités / index général des films critiqués") ; « Les défis de Sylvester Stallone [A propos de son film Rocky Balboa et de son projet Les 40 jours du Mussa Dagh] », dans Jeune cinéma (n°310/311, été 2007) ; Le Premier jour du reste de ta vie et Comme les autres, dans Jeune cinéma (n°319/320, automne 2008)
- Études et notes sur des personnalités du cinéma : « Lo Duca (suite) », Jeune cinéma (n°293, décembre 2004 ; compléments à la nécrologie parue dans le n°291) ; « André Gillois (Maurice Diamant-Berger, 1902-2004) » (nécrologie), Jeune cinéma (n°295, mars-avril 2005) ; « Max Pécas, auteur méconnu », Jeune cinéma (n°308/309, printemps 2007) ; « Henri Troyat, oublié du cinéma français » ; Courrier sur Roger Icart, dans Ciné-Scopie (n°12, décembre 2008) ; « L’"Entrée des artistes" : Jean-Loup Dabadie et le cinéma à l’Académie » (Histoires Littéraires, n°36, octobre-décembre 2008)
- Notes de lecture : « Critiques, encore un effort si vous voulez sortir de l’amnésie », sur La Critique de cinéma en France. Histoire. Anthologie. Dictionnaire (Syndicat français de la critique de cinéma / Ramsay), quelques extraits (caviardés) reproduits dans le « Courrier » des Cahiers du cinéma sous le titre « Éloge de l’érudition » (n°517, octobre 1997) ; sur le livre de Jean-François Houben Dictionnaire de l'édition de cinéma (CinémAction, n°100), CiNéMAS (vol. 13, n°1-2, automne 2002) ; sur le livre de Roger Nimier Variétés. L’air du Temps (1945-1962) (Arléa), Jeune Cinéma (n°289, mai-juin 2004) ; sur le Guide du cinéma chez soi (Télérama, H.S., édition 2004), « Objectif-cinéma.com » (2004 ; version condensée dans CinémAction, n°115, mars 2005) ; sur le Lang de Michel Marmin (Pardès), « Objectif-cinema.com » (janvier 2005) ; « Les deux premiers livres des éditions Clairac », sur Dark City. Le monde perdu du film noir et José Benazeraf. La caméra irréductible, sur "Objectif-cinema.com" et dans Jeune Cinéma (n°312/313, automne 2007) ; « Questions au doublage », à propos du livre Rencontres autour du doublage (Editions Objectif-Cinema), Jeune Cinéma (n°312/313, automne 2007) ; « John Rambo et le cinéma des années Reagan » (Jeune cinéma, n°315/316, printemps 2008) ; « Bardèche / Brasillach / BiFi » (présentation des fiches du "répertoire des auteurs - critiques, historiens et théoriciens du cinéma"), dans le Bulletin des ARB (n°113, hiver 2007 [juin 2008]) ; sur le livre de Josette Ueberschlag Jean Brérault, l’instituteur cinéaste (1898-1973), dans CinéScopie (n°11, septembre 2008) ; sur le livre de Daniel Serceau Symptômes du jeune cinéma français, sur "Objectif-Cinéma.com" (août 2008) et dans Jeune cinéma (n°319/320, automne 2008) ; « Lunatique fascination de Bouyxou », compte rendu du dossier sur Jean-Pierre Bouyxou de la revue Lunatique, dans Ciné-Scopie (n°12, décembre 2008)
- Inventaires : « Nudité, érotisme et pornographie au cinéma. Bibliographie francophone », sur « Cine-studies.net » (janvier 2007) ; « Inventaire commenté des articles sur le cinéma parus dans la revue Fascination » (CinéScopie, n°7, septembre 2007)



Radio

Participation au « Libre journal du cinéma » de Philippe d'Hugues (tous les quatre jeudis, Radio Courtoisie) (1) et (2) : trente-deux émissions depuis 2004 (la première avec Darry Cowl, le 29 janvier ; puis 26 février, 4 novembre et 2 décembre 2004 ; 16 juin, 3 novembre et 29 décembre 2005 ; 26 janvier, 23 mars, 18 mai, 15 juin, 7 septembre, 5 octobre, 2 novembre et 28 décembre 2006 ; 25 janvier, 22 mars, 17 mai, 14 juin, 12 juillet, 9 août, 2 octobre, 1er novembre, 29 novembre, 27 décembre 2007 ; 21 février, 10 juillet, 4 octobre, 28 novembre, 25 décembre 2008 ; 22 janvier, 19 mars 2009) ; animation, avec Philippe Ariotti, des émissions des 7 août (sur le doublage, avec François Justamand et Jean Roche) et 4 septembre (sur le jeune cinéma français, avec Daniel Serceau) 2008, et de l’émission du 19 février 2009 (sur les éditions Clairac et Sterling Hayden, avec Pierre-Julien Marest) ; invité principal de l’émission du 26 février 2004 pour présenter son livre "Le Temps" du cinéma


Internet

- Site personnel lancé le 1er janvier 2008 (397 articles et 24 pages au 25 avril 2009) : http ://mister-arkadin.over-blog.fr
- Ouverture, en février 2009, du blog des ARB (association des amis de Robert Brasillach) : http://arb6245.over-blog.net
- Contributions aux sites "Cine-studies.net", "Objectif-cinema.com" et "Cinerivage.com" (disparu)

Récapitulatif des textes disponibles sur le net (en plus des articles de "Mister Arkadin")

- « D’une incertaine indépendance de la critique : le cas d’Émile Vuillermoz d’après un document de Jean Mitry, 1926 », extrait du livre « Le Temps » du cinéma (accompagné de la table des matières et de la quatrième de couverture) : www.cine-studies.net/r1_01_1001.html
- Livre disponible en mode image sur Google Print : http ://books.google.com/books ?hl=fr&id=jCojI84egtcC&dq=%22pascal+manuel+heu%22&printsec=frontcover&source=web&ots=eWH6Vo8gH3&sig=W2WJaGRlojG246lkOgVyl0_zk5k
- Compte rendu du film Raw Deal : http ://www.cine-studies.net/r4a1_39.html
- CR du film The Last Safari : http://www.cine-studies.net/r4a1_41.html
- CR du film Captive Wild Woman : http://www.cine-studies.net/r4a1_40.html
- « La banlieue doublée. Ou : peut-on aimer le cinéma américain quand on habite la « Cité du Patrimoine cinématographique » ? » : http://www.objectif-cinema.com/horschamps/119.php
- CR du Lang de Michel Marmin : www.objectif-cinema.fr/article.php3 ?id_article=3105
- CR du Guide du cinéma chez soi de Télérama : http ://www.objectif-cinema.com/mediatheque/0432.php
- CR du livre de Jean-François Houben sur l’édition cinématographique : http ://www.erudit.org/revue/cine/2002/v13/n1/007964ar.html
- « Nudité, érotisme et pornographie au cinéma. Bibliographie francophone » : http ://www.cine-studies.net/index.html
- « Les deux premiers livres des éditions Clairac » : http ://www.objectif-cinema.com/spip.php ?article4720
- Notices sur Émile Vuillermoz et Lucien Wahl du Dictionnaire du cinéma français des années vingt : http ://1895.revues.org/document104.html#tocto6 et http://1895.revues.org/document104.html#tocto7


------

Notes et informations complémentaires :

(1) Les collaborateurs du LJC de RC donnent la liste de leurs films préférés à la fin de chaque année. Ci-dessous les listes de P. Manuel Heu :

2008

- Films de fiction sortis en salles (146 films vus) : No Country for Old Man ; Les Plages d’Agnès ; Two Lovers ; Agathe Cléry ; L’Heure d’été ; There Will Be Blood ; Serbis ; L’Œil du mal ; Phénomènes ; Les Citronniers ; Mascarades ; Filatures
- Film dont la sortie tarde, mais déjà présenté en 2008 : Katyn
- Reprise : A Swedish Love Story
- Documentaire : Valse avec Bachir
- TV : Le Duel 2008 [Obama / Mc Cain] (Arte)
- DVD : Mister Arkadin (édité par Opening ; documentaire avec Jean-Pierre Berthomé en bonus)
- Coups de cœur : In Bruges ; Affaire de famille ; Max la menace ; La Duchesse
- Meilleure bande-annonce : certainement pas Agathe Cléry !
- Meilleur livre de cinéma : L’Age du rythme (Laurent Guido, Payot Lausanne, 2007) ; certainement pas Ballaciner de Jean-Marie Gustave Le Clézio, prix Nobel de littérature, dont un roman, Mondo, a été adapté au cinéma en 1995 par Tony Gatlif
- Plus mauvais film : Rabbi Jacob au Palais des Congrès filmé en direct par Paris Première le 29 novembre 2008 ; Be King, Rewind

2007

- Films de fiction sortis en salles : Apocalypto ; La Vie des autres ; Un baiser, s’il vous plaît ; Nue propriété / Ça rend heureux ; Die Hard 4.0 ; Planète terreur / Boulevard de la mort – Deux films Grindhouse ; 12h08, à l’est de Bucarest / 4 mois, 3 semaines et 2 jours ; Les Promesses de l’ombre / La nuit nous appartient ; Les Témoins
- Documentaires : Volem rien foutre al païs ; Sicko
- Reprise : L’Eventail de Lady Wintermere
- TV : La Prise de l’Elysée
- DVD : Coffret Atom Egoyan [plus mauvais : Indigènes]
- Coups de cœur : Rocky Balboa ; Je t’aime… moi non plus
- Meilleure bande-annonce : Paranoid Park
- Meilleur roman sur le cinéma : Un roman russe (Emmanuel Carrère) [plus mauvais : Baisers de cinéma (Eric Fottorino)]
- Hors concours : Federer / Nalbandian, en huitième de finale à Bercy

2006

Black Book / Le Nouveau monde ; The Queen ; Cars / La Véritable histoire du petit chaperon rouge ; Les Infiltrés (The Departed) ; Pusher 3 / Little Miss Sunshine ; The Last Show (A Prairie Home Companion) ; Miami Vice
Pour qu’un film français soit présent dans la liste, un film "coup de cœur" : OSS 117

2005

Blood and Bones ; La Chute ; Ray ; Melinda et Melinda ; Travaux. On sait quand ça commence… ; Les Noces funèbres ; Locataires ; La Saveur de la pastèque ; Seven Swords ; Breaking News
Mentions pour : Je ne suis pas là pour être aimé ; Le Temps qui reste ; Gentille

2004

Les Indestructibles ; Memories of Murder ; Kill Bill vol.2 ; La vie est un miracle ; Big Fish ; Farenheit 9/11 ; Le Secret des poignards volants
Court métrage : Ward 13
Mentions (pour que quelques films français soient tout de même présents…) : L’Esquive ; Holy Lola ; Podium ; Un long dimanche de fiançailles

(2) Films évoqués par PMH au LJC de RC : L’Esquive ; Anatomie de l’enfer ; Lost in Translation ; Printemps d’une petite ville ; 21 Grams ; Violence des échanges en milieu tempéré ; Léo… en jouant "Dans la compagnie des hommes" ; Les Revenants ; Podium ; Un long dimanche de fiançailles ; AVP : Aliens vs. Predator ; Le Retour de Cagliostro ; Wimbledon ; Locataires ; Travaux. On sait quand ça commence… ; Le Crime farpait ; Crazy King-Fu ; A Dirty Shame ; Les Noces funèbres de Tim Burton ; The Descent ; Don't come knocking ; Wallace et Gromit – Le Mystère du lapin-garou ; Oliver Twist ; Match Point ; Combien tu m'aimes ; Je ne suis pas là pour être aimé ; Moi, toi et tous les autres ; L'Enfant ; Caché ; Le Rebelle ; King Kong ; Gentille ; Lord of War ; Le Secret de Brodeback Mountain ; La Véritable histoire du petit chaperon rouge ; Pompoko ; Du jour au lendemain ; Un printemps à Paris ; Le Nouveau monde ; La Nuit de l'iguane ; Bubble ; OSS 117. Le Caire, nid d’espions ; Quatre étoiles ; Veer-Zaara ; A Bittersweet Life ; Camping ; Volver ; Le Caïman ; Cars ; Le vent se lève ; Fair Play ; La Science des rêves ; Selon Charlie ; L’Immeuble Yacoubian ; Pusher III ; Jardins en automne ; Miami Vice ; Little Miss Sunshine ; Nausicaa : la vallée du vent ; Ça brûle ; Flandres ; Rosario ; Neil Young. Heart of Gold ; Indigènes ; Quand j’étais chanteur ; U ; Azur et Asmar ; The Queen ; Mémoires de nos pères ; Le Pressentiment ; Une jeunesse comme aucune autre ; Fragments sur la grâce ; Ne le dis à personne ; Déjà vu ; Le Grand appartement ; The Last Show / A Prairie Home Companion ; Apocalypto ; La Vie de Marianne ; Entre adultes ; La Vie des autres ; Volem rien foutre al païs ; Rocky Balboa ; Nue propriété ; Les Temoins ; La Faille ; Les LIP. L’imagination au pouvoir ; We Feed the World – Le Marché de la faim ; Je t’aime… moi non plus ; Spiderman ; La Prise de l’Elysée ; Boulevard de la mort – Un film Grindhouse ; Le Scaphandre et le Papillon ; Roman de gare ; Ça rend heureux ; Fragile(s) ; The Lookout ; Hollywood Vixens ; Ratatouille ; Die Hard 4 ; Les Simpson : le film ; La Nuit des tournesols ; Time ; The Bubble ; Les 4 fantastiques et le surfer d’argent ; La Fille coupée en deux ; Roger et moi ; Un secret ; Sicko ; Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur, mon frère ; L’Age des ténèbres ; Michael Clayton ; Le Deuxième souffle ; Invasion ; Les Promesses de l’ombre ; Nous, les vivants ; Lions et agneaux ; De l’autre côté ; My Blueberry Nights ; La nuit nous appartient ; Un baiser, s’il vous plaît ; Je suis une légende ; La Graine et le mulet ; Le Limier ; Notre univers impitoyable ; Benjamin Gates et le livre des secrets ; Promets-moi ; No Country for Old Men ; Juno ; Les Cerfs-volants de Kaboul ; Affaire de famille ; A Swedish Love Story ; Valse avec Bachir ; Phénomène ; Maradona par Kusturica ; Au bout de la nuit ; Katyn ; In Bruges ; Mad Money ; Braquage à l’anglaise ; Nos 18 ans ; Le Premier jour du reste de ta vie ; Un conte de Noël ; Gomorra ; L’Empreinte de l’ange ; Comme les autres ; Be Happy ; Wall-E ; Le Silence de Lorna ; Max la menace ; Rumba ; Married Life ; Entre les murs ; Parlez-moi de la pluie ; La Fille de Monaco ; Christophe Colomb, l’énigme ; L’Échange ; Two Lovers ; La très très grande entreprise ; Musée haut, musée bas ; Aide-toi, le ciel t’aidera ; Les Plages d’Agnès ; Mascarades ; Agathe Cléry ; Serbis ; Les Noces rebelles ; Walkyrie ; Ricky ; Élève libre ; Espion(s) ; Le Petit fugitif ; L’Étrange aventure de Benjamin Button ; Eden à l’ouest ; Le Bal des actrices ; Johnny Guitare ; Katyn ; The Wrestler ; The Chaser ; Welcome ; Massacre rue d’Isly ; Corinne L, une éclaboussure de l’histoire

Publications évoquées par PMH au LJC de RC : "Le Temps" du cinéma. Émile Vuillermoz, père de la critique cinématographique en France ; revue "Jeune cinéma" ; Censure-moi. Histoire du classement X en France ; Quand la cinéaste d'Hitler fascinait la France. Léni Riefenstahl ; numéros sur le cinéma des revues "Eléments", "Cahiers Léon Tolstoï", "Actes de la recherche en sciences sociales", "Revue des deux mondes", "Allemagne d’aujourd’hui" ; numéro sur le film pornographique Exhibition de la revue "L’Avant-Scène cinéma" ; Rencontres autour du doublage ; Orson Welles au travail ; La Distribution cinématographique en France. 1907-1957 ; collection « CinémAction » ; Louis Feuillade. Correspondance et Archive ; collection « Archives » ; Dark City. Le Monde perdu du film noir ; José Bénazéraf. La caméra irréductible ; Jacques de Baroncelli ; Ma défense. Autobiographie (Arletty) ; "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Woody Allen sans jamais oser le demander" (H.S. "Figaro Magazine") ; revue "CinéScopie" ; Dictionnaire Hitchcock ; "Écrits pour le cinéma" de Benjamin Fondane ; Défunte DEFA : Histoire de l'autre cinéma allemand ; Tod Browning, fameux inconnu ; “Hollywood Issue - Hitchcock Classics” de Vanity Fair ; n° H.S. de "Transfuge" sur les frères Coen ; "Luchino Visconti" ; "Symptômes du jeune cinéma français" ; "Le spectateur qui en savait trop" ; H.S. « Les Divas de la série B. 100 scream Queens, femmes fatales & Pin-ups » de "Mad Movies" ; "Un paradoxe français. Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance" ; "La Grande déculturation" ; revues "Cinérotica", "Jeune cinéma" et "Repérages" ; "Présences. Écrits sur le cinéma" d’Olivier Assayas ; dossier sur le cinéma belge de la revue "Positif" ; "Voyage" de Sterling Hayden

Nécrologies et hommages de PMH au LJC : François Truffaut ; Jean-Marie Lo Duca ; Marcel Carné ; Robert Altman ; John Wayne ; Michel Cournot ; Henri Troyat ; Jean-Pierre Cassel ; Edward Yang ; Sacha Guitry ; Ulrich Muhë ; Isidore Isou ; Alain Robbe-Grillet ; José Baldizzone, Roger Icart, Claude Baignères, Henri Agel ; Centenaire de Tex Avery ; Isaac Hayes, Francis Lacassin, Manny Farber, Jacques Demeure, Pierre-André Boutang, Philippe Esnault ; Paul Newman ; Vittorio Martinelli, Marc Raynal, Gerard Damiano, Guy Peeleart, Gérard Lauzier, Bettie Page, Pat Hingle, Ann Savage ; Katrine Michelsen, Jean-Pierre Deloux, Jacques Fayet, Jean-Loup Dabadie (élu à l’Académie française)

25 avril 2009
catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00

 

 

Grand officier de la Légion d'honneur
Commandeur de l'ordre national du Mérite
Commandeur des Arts et des Lettres

 

Biographie

Jean Dutourd est né à Paris, le 14 janvier 1920. Sa mère mourut quand il avait sept ans. À vingt ans, il fut mobilisé et fait prisonnier au bout de quinze jours de guerre. Il s'évada six semaines plus tard, revint à Paris et passa une licence de philosophie à la Sorbonne. Licence incomplète, car il ne parvint jamais à décrocher le certificat de psychologie. Il se maria en 1942 avec Camille Lemercier. Le philosophe Gaston Bachelard fut son témoin. Ensuite de quoi il entra dans la Résistance. Arrêté au début de 1944, il s'évada à temps pour participer à la libération de Paris.

Son premier ouvrage, Le Complexe de César, parut en 1946 et obtint le prix Stendhal. En 1950, il eut le prix Courteline pour Une tête de chien et, en 1952, le prix Interallié pour Au bon beurre, scènes de la vie sous l'Occupation. Le prix Prince Pierre de Monaco lui fut décerné, en 1961, pour l'ensemble de son œuvre. En 2001, alors qu'il pensait avoir de beaucoup passé l'âge des récompenses, il reçut le prix Saint-Simon pour Jeannot, mémoires d'un enfant.

Le 14 juillet 1978, une bombe fit sauter son appartement, déposée par des gens qui n'aimaient pas son style. Les intellectuels parisiens en éprouvèrent quelque dépit, n'ayant pas, généralement, causé autant de bruit avec leurs écrits. Cet incident néanmoins eut une heureuse conséquence : Jean Dutourd fut élu à l'Académie française, au fauteuil de Jacques Rueff, le 30 novembre de la même année (31e fauteuil).

Il put constater par la suite combien Voltaire voyait juste en affirmant que cette Compagnie « est toujours une espèce de rempart contre les fanatiques et les fripons ».

 

Œuvres

  L'Œil d'Apollon, de G. K. Chesterton  
  Les Muses parlent, de Truman Capote  
  Le Vieil Homme et la Mer, d'Ernest Hemingway  
1946  Le Complexe de César  (Gallimard)
1947  Le Déjeuner du lundi  (Gallimard)
1947  Galère  (Éd. des Granges-Vieilles)
1948  L’Arbre  (Gallimard)
1950  Une tête de chien  (Gallimard)
1950  Le Petit Don Juan, traité de la séduction  (Robert Laffont)
1952  Au bon beurre, scènes de la vie sous l’Occupation  (Gallimard)
1955  Doucin  (Gallimard)
1956  Les Taxis de la Marne  (Gallimard)
1958  Le Fond et la Forme, essai alphabétique sur la morale et sur le style  (Gallimard)
1959  Les Dupes  (Gallimard)
1959  L’Âme sensible  (Gallimard)
1960  Le Fond et la Forme, tome II  (Gallimard)
1963  Les Horreurs de l’amour  (Gallimard)
1963  Rivarol, essai et choix de textes  (Mercure de France)
1964  La Fin des Peaux-Rouges  (Gallimard)
1965  Le Fond et la Forme, tome III  (Gallimard)
1965  Le Demi-Solde  (Gallimard)
1967  Pluche ou l’Amour de l’art  (Flammarion)
1969  Petit Journal 1965-1966  (Julliard)
1970  L’École des jocrisses  (Flammarion)
1971  Le Crépuscule des loups  (Flammarion)
1971  Le Paradoxe du critique  (Flammarion)
1972  Le Paradoxe du critique, suivi de Sept Saisons  (Flammarion)
1972  Le Printemps de la vie  (Flammarion)
1973  Carnet d’un émigré  (Flammarion)
1976  2024  (Gallimard)
1977  Mascareigne  (Julliard)
1977  Cinq ans chez les sauvages  (Flammarion)
1978  Les Matinées de Chaillot  (SPL)
1978  Les Choses comme elles sont  (Stock)
1979  Œuvres complètes, tome I  (Flammarion)
1980  Mémoires de Mary Watson  (Flammarion)
1980  Le Bonheur et autres idées  (Flammarion)
1981  Un ami qui vous veut du bien  (Flammarion)
1982  De la France considérée comme une maladie  (Flammarion )
1983  Henri ou l’Éducation nationale  (Flammarion)
1983  Le Socialisme à tête de linotte  (Flammarion)
1984  Œuvres complètes, tome II  (Flammarion)
1984  Le Septennat des vaches maigres  (Flammarion)
1985  La Gauche la plus bête du monde  (Flammarion)
1985  Le Mauvais Esprit, entretiens avec J.-É. Hallier  (Olivier Orban)
1986  Le Spectre de la rose  (Flammarion)
1986  Conversation avec le Général  (Michèle Trinckvel)
1986  Contre les dégoûts de la vie  (Flammarion)
1987  Le Séminaire de Bordeaux  (Flammarion)
1989  Ça bouge dans le prêt à porter  (Flammarion)
1990  Les Pensées  (Le Cherche-Midi)
1990  Conversation avec le Général  (Flammarion)
1990  Loin d’Édimbourg  (Le Fallois)
1991  Portraits de femmes  (Flammarion)
1992  Vers de circonstances  (Le Cherche-Midi)
1993  L’Assassin  (Flammarion)
1994  Domaine public  (Flammarion)
1994  Le Vieil Homme et la France  (Flammarion)
1995  Le Septième Jour, récits des temps bibliques  (Flammarion )
1996  Scènes de genre et tableaux d’époque  (Guy Trédaniel)
1996  Le Feld Maréchal von Bonaparte  (Flammarion)
1997  Trilogie française (Le Séminaire de Bordeaux, Portraits de femmes, l'Assassin)  (Flammarion)
1997  Scandale de la vertu  (Le Fallois)
1997  Journal des années de peste : 1986-1991  (Plon)
1998  Grand chelem à cœur  (Le Rocher)
1999  À la recherche du français perdu  (Plon)
2000  Jeannot, mémoires d’un enfant  (Plon)
2001  Le Siècle des Lumières éteintes  (Plon)
2002  Dutouriana  (Plon)
2003  Les voyageurs du tupolev (Plon)
2004  Journal intime d'un mort  (Plon)

 

[source: http://www.academie-francaise.fr/immortels/base/academiciens/fiche.asp?param=659 ]

 

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00


présentation temporaire

 


(en 1973)


Chercheur et scénariste français. Il a scénarisé, entre autres, Bloko ( A. Kyrou, 1965), Un mauvais fils (C. Sautet, 1980) et La négresse (B. Cohn, 1991). Il a réalisé, entre autres, La ligne de Sceaux (Palme d'or du court-métrage au Festival de Cannes). Depuis 1970, il enseigne en tant que maître-assistant à l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, où il dirige un séminaire sur l'écriture et les techniques de scénario.

[source : http://web2.uqat.ca/scenario/torok.html
 ]

 

"Benoit", Pardes, 2004, Prix Pierre Benoit 2005
"Pour en finir avec le maccarthysme", L'Harmattan, 2000
"Le Frôlement des ailes", La Maisnie-Tredaniel, 1996


Une interview à l'occasion de la semaine de la critique de Cannes en 1973
http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&id_notice=CPF86621724 (à partir de 5'07'')


A voir également :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_T%C3%B6r%C3%B6k

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00


présentation temporaire

 

 

Christine Sourgins, historienne de l’art, a été conférencière au musée du Louvre et a travaillé aux services pédagogiques des musées de la Ville de Paris. Elle exerce actuellement des responsabilités pédagogiques et culturelles en milieu associatif et collabore aux revues Conflits actuels, Liberté politique, Catholica, Verso, Les Lettres françaises.

Elle a publié
Les mirages de l'art contemporain en octobre 2005

 

[source: http://www.paris-art.com/livre_detail-2837.html]

 


 

Elle est diplomée de l'Ecole du Louvre et titulaire d'une maîtrise d'Histoire



 

Chronique sur l'art moderne dans le Libre Journal d'Aude de Kerros, toutes les 4 semaines

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00


présentation temporaire

 

Mélisande Chauveau

 

Mélisande Chauveau est pianiste (1er prix de Piano du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, lauréate de la Fondation de France), et présidente de "Musique pour l'Entraide Humanitaire" (116 rue de Pyrénées, 75020 Paris). Elle est également sophro-relaxologue (?)

 

coordonnées (sous réserves) :
01 43 56 79 97 / 06 11 88 47 80

 


 

 

Chronique "Raconte-moi la musique" chaque dimanche dans le Libre Journal de Didier Rochard de 18h

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00




 


Jean-Paul Chayriguès, Marquis de Olmetta, est né en 1943. Il est président honoraire du Syndicat Hippique National (SHN). Il a été entre autres vice-président du syndicat CGC, et chroniqueur mondain dans le Libre Journal de la France Courtoise.


Il a écrit :

"Mais ceci est une autre histoire... Autobiographie"




"L'homme à table"



http://www.via-romana.fr/?pageid=fiche&prod=51


"Mes décadanses"



http://www.via-romana.fr/?pageid=fiche&prod=56


"Parlons... Franc-maçonnerie"



http://www.via-romana.fr/?pageid=fiche&prod=64

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00

 

Christine Ranunkel

 

Christine Ranunkel est journaliste, correspondante à Paris du magazine hongrois Elite (et de Szepvilag ?). Elle gère les réceptions à l'Association de la Presse Etrangère. Elle est également membre de l'Association Professionnelle des Chroniqueurs et Informateurs de la Gastronomie et du Vin et assure une chronique mensuelle, généralement gastronomique, dans le libre journal de Brigitte Level

 

Christine Ranunkel
105 Av Victor Hugo
75116 Paris
chrisranunkelaol.com

Tel: 01 47 27 44 35
Fax: 01 47 27 21 05

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00


présentation temporaire

 


 

Après plus d’une dizaine d’années consacrées au journalisme littéraire et culturel, Gilles Brochard a collaboré à de nombreux magazines d’art de vivre et gastronomiques. Homme de radio (Radio Mégalo, France culture, RMC, Fréquence protestante, Radio Courtoisie et actuellement sur RNT Radio Nouveaux Talents, une chronique de livres gourmands dans l’émission "Flagrant Délices", chaque samedi entre 10 h et 11 h....), Gilles Brochard a toujours en parallèle du journalisme, publié également des livres en solitaire ou en collaboration : Petit Traité du Thé (La Table Ronde), L’Aventure de l’Orange(Denoël), Plaisirs de Thé (Le Chêne), Les Tables du pouvoir (L’Archer), La Boîte à Thé et La Boîte à Chocolat (Tana), À l’heure du Thé, guide des comptoirs et des salons de thé (L’Archipel)...

Co-fondateur du Club des Buveurs de Thé en 1992, créateur de la Charte Européenne des Buveurs de Thé, il anime aujourd’hui " Les Ateliers du Thé " chez Fauchon ainsi que des séminaires en Italie en collaboration avec l’Italian Tea Club, et voyage régulièrement sur les sites de productions du thé dans le monde (Inde, Népal, Sri Lanka).

Après avoir collaboré à Cuisines et Terroir et Gault et Millau, il publie aujourd’hui reportages et chroniques gastronomiques dans Point de Vue, Le Figaro, La Revue des Gourmands, Helvétissimmo, Cigares and Co et la revue suisse Cigart.

Il est membre de deux jurys gastronomiques : le Trophée Jeanmaire, qui récompense de jeunes chefs de moins de trente cinq ans, et le prix Lanson du meilleur restaurant japonais à Paris. Il est administrateur de l’APCIG, Association professionnelle des Chroniqueurs et Informateurs de la gastronomie et du Vin (qui fêtera ses cinquante ans courant 2004).


Quelques uns de ses ouvrages
:


Le thé dans l’encrier



Avec Ruben Alterio aux éditions Aubier

Les écrivains amateurs de thé, de James Joyce à Pablo Neruda en passant par Balzac, Paul Morand, Jean Genet, Nietzsche, etc. Un bel album artistiquement illustré dans les tons dorés et bruns



La Boîte à thé



Éditeur : Tana ( novembre 2000)
Collection : Boîtes Gourmand

La boîte à Thé livre ses secrets avec vingt fiches découvertes, vingt fiches recettes et un livret pour voyager en Asie et en Europe à l’heure du Thé



Le Thé



avec les photographies de Philippe Hurlin et de Matthieu Prier
Tana (mars 2004)
Collection : Chic & poche
Format : Broché - 111 pages

Voici venu le temps du thé avec ses traditions, ses sortilèges et ses aventures. Partez faire le tour du monde, initiez-vous et initiez vos amis à cette géographie du thé, de la Chine au Japon, de l’Inde à l’Europe. Au fil des pages de cet ouvrage, découvrez les différents thé et les rituels de chaque pays, des recettes exotiques ou classiques et laissez-vous emporter dans un voyage en Asie et en Europe à l’heure du thé


Plaisirs de Thé

Editions du Chêne
avec Michèle Carles et Christine Fleurent pour les Photographies

Yunnan, Sencha, Oolong, Ceylan, Assam, Darjeeling... autant de noms qui évoquent, des jardins sacrés de Chine aux brumes de l’Himalaya, l’univers raffiné des grands crus de thé, magnifiquement photographié ici par Christine Fleurent. On découvre l’histoire de cette petite feuille de Camellia Sinensis, les rites et les cérémonies qui l’entourent, les secrets de la présentation d’un bon thé et surtout, les merveilleuses alliances gastronomiques qu’il suggère. Canard au thé fumé, filets de sole à la vapeur de thé, fraises au thé à la rose, feuilleté au conflit de dattes et au Darjeeling, madeleine au Earl Grey... Michèle Carles nous entraîne dans un univers de saveurs inédites. Contemporaines et créatives, d’une grande simplicité de réalisation, ses recettes valorisent le goût naturel des aliments, rehaussé ici par les subtils parfums des thés.



A l’heure du thé : Guide des comptoirs et salons de thé de France, Belgique, Suisse et Québec

L’Archipel ( mai 2002)
Format : Broché - 300 pages

Les salons de thé ont la cote! Et de plus en plus! Voici leur répertoire, classé par ordre alphabétique dans 35 villes (et par arrondissement à Paris, Lyon et Marseille). Comptoirs, maisons et salons où l’on peut déguster du thé sont notés de 1 théière (brisée) à 4 théières. Entrent en ligne de compte le cadre, l’accueil, la qualité du service, et bien sûr les produits proposés. En début de guide, l’amateur trouvera des indications sur les types de thé existants, qu’ils soient classiques ou apparus depuis peu sur le marché; sur l’art de présenter le thé : l’importance de l’eau, sa température, et le choix de la théière, par exemple....



Deux siècles au chocolat : La légende de Debauve et Gallais

avec Paule Cuvelier
Atelier de l’Archer (octobre 2000)
Format : Broché - 54 pages



Petit Traité du Thé

Table ronde ( novembre 1997)
Format : Poche

Les usages et les traditions relatifs au thé en divers endroits, notamment en Chine et en Inde


Le guide du thé à Paris

 

[source : http://www.luxe-magazine.com/default.php?FCT=A&A=13 mis à jour]

 


 

 

chroniqueur littéraire dans le Libre Journal de Philippe de Saint Robert, tous les 4 mardis à 18h

coprésentateur régulier du Libre Journal des Lycéens de Salsa Bertin, certains samedis à 12h

chroniqueur dans le Libre Journal de la Nuit (Paul-Marie Coûteaux), chaque mercredi à 21h30

 

 

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00


présentation temporaire

 

 

Alain Lorans est prêtre traditionnaliste. Il fut directeur du séminaire d'Ecône jusqu'en 1988, puis recteur de la Fraternité Saint-Pie X. Il est aujourd'hui responsable du site et de la revue DICI, ainsi que directeur de Nouvelles de Chrétienté, qui organise des conférences et publie également une revue.

 

Fraternité Saint-Pie X
http://www.fsspx.org

 

DICI
http://www.dici.org



 

co-présentateur de la 2e partie du Libre Journal de Claude Giraud, jeudi à 18h toutes les 4 semaines

 

 

catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00

 

 

Louis de Beaumont est tertiaire de St François.
Il est conférencier, auteur d'ouvrages de spiritualité et artiste-peintre en art religieux.

Louis de Beaumont a aussi enregistré au fil des années près de 500 récits de vies de saints, souvent inconnus. Ces récits ont l'originalité de situer l'ami de Dieu dans son contexte historique...

Les saints ne sont pas "hors du temps", ce sont des personnes incarnées au coeur des réalités du monde qui les entoure.

Fruit de recherches historiques souvent poussées, ces récits nous font parcourir 2000 ans de chrétienté, traversant les mers et les continents, les intrigues politiques, les luttes en tout genre, et tant de tribulations de l'Humanité.

En tout temps, et dans toutes sortes de contextes, Dieu se suscite des amis, des apôtres, qui sont comme autant de témoins et d'exemples, balises sur la route vers le Ciel, qui illuminent nos vies pour nous aider à mieux comprendre comment vivre "dans le monde, sans être du monde".

 

Louis de Beaumont nous a quittés au mois d'avril 2011, dans sa 93e année.

 

----

 

Ses enregistrements de vies de saints, disponibles en téléchargement :

http://www.exultet.net/eshop/pages-main/manufacturers_id-46/index.html

 


catégorie : » Equipe de la radio
26 juin 2005 7 26 /06 /juin /2005 23:00


 

Philippe ARIOTTI, artiste, né le 11 Août 1941.

 

DOUBLAGE

 

Longs métrages récents (2001) :

- D’Artagan (Rôle du Marquis de Tréville)

- 13 Days (Rôle de londale)

- Rush Hour 2 (Rôle de l’entraîneur)

- Le Fantôme de l’Opéra d’Arthur Lubin (Rôle du Fantôme) (2004)

 

Dessins animés :

- Dragon Ball Z (Pendant huit ans)

- Le Livre de la Jungle (Kaa le serpent) (Sura le loup)

- Les Enfants de la Panthère Rose

- Pinocchio

- Benjamin (pour TF1)

 

Depuis 1988, plus de 400 épisodes, de téléfilms ou de séries dont Urgences (rôle de Steve), Dallas, Santa Barbara, Côte Ouest (role de Bob), Amour gloire et beauté (Six ans le rôle de Mike), Un cas pour deux, Law and order (Police district)  Coup de génie (rôle du professeur Teslar) etc.

 

 

CINEMA (Acteur)

 

- 1987 - Natalia - réal : Bernard Cohn - (Rôle : Prévost)

- 1987 - Le Radeau de la Méduse - réal : Iradj Azimi - avec Jean Yanne (Rôle : Descazes)

- 1993 - Le Voleur de feuilles - réal : Pierre Trabeaud (Participation chantée)

- 1979 - La Légion saute sur Kolwezi - réal : Raoul Coutard (Rôle : Tabet)

- 1969 - Two Times Two - réal : Bud Yorkin - (Rôle : John Yank)

 

 

PUBLICITE

 

- Une douzaine de spots publicitaires dont la première pub pour le LOTO, la peinture ASTRAL, PIAGGIO, le Crédit Agricole etc. Publicités tournées entre autres sous la Direction de Gérard Pirès, Jean-Marie Perier, Paul Berville…

 

TELEVISION (Acteur et chanteur Lyrique)

 

- 1993 - Navarro - avec Roger Hanin (Rôle : Baumier)

- 1993/1996 - La Chance aux chansons - 5 émissions

- 1982 - Les Voyageurs de l'Histoire - réal : Jacques Martin et Bernard Soulié (Rôles : Colbert, Pontcallec, Diderot)

- 1989 - La Périchole - réal : Bernard Maigrot

- 1979 - Arsène Lupin - réal : Alexandre Astruc (Avec Jean-claude Brialy)

- 1976/1977 - Les Folies Offenbach - réal : Michel Boisrond - 4 épisodes, avec Michel Serrault

 

 

THEATRE LYRIQUE

 

- 1984 - Le Royaume de Dieu - (Création) Salle Pleyel puis au Théâtre Tristan Bernard (Le rôle du Fou)

- 1980 et 1974 - La Vie Parisienne - d’Offenbach - Théâtre du Châtelet et Opéra Comique (Rôles : Frick et Prosper) 100 représentations

- 1969/1971 - Un Violon sur le toit - (Création pour la France) Au Théâtre du grand Marigny - Mise en scène : Jérome Robbins - Création du rôle de Motel (le tailleur). Premier rôle avec Yvan Rebroff. 400 représentations

- 1966 - L’Opéra des gueux - (Filch) - Théâtre du vieux Colombier (Création) 30 représentations

 

Depuis 1966, plus de cent rôles principaux  à son actif en Opérettes et Opéras : La Mascotte (Rocco) Torquemada (L’heure espagnole) Le bailli (Les cloches de Corneville) Madame Butterfly (Goro) Les contes d’hoffman (Franz) etc.

 

 

CABARET

 

- 1986/1988 - Théâtre des 2 ânes - 2 saisons - Revues satiriques - Plus de 500 représentations sur des textes et avec : Pierre-Jean Vaillard et Maurice Horgues

- 1983/1986 - A Paris sur la rive gauche puis aux Champs Elysées également à Genève pour l’inauguration du cabaret ‘Le Crapoussin’ (Deux saisons)

- Un rat dans la contrebasse - de Daniel Desmars, au Caveau des Oubliettes (Paris) 120 représentations

 

 

AUTEUR

 

Cinéphile reconnu, il est Lauréat de l’émission Monsieur Cinéma en 1970. A ce titre Pierre Tchernia lui demandera de collaborer à la rédaction des fiches de Monsieur Cinéma de Louis Jouvet, Arletty, Pierre Fresnay etc.

 

En tant qu’auteur, il participe à de nombreuse revues et ouvrages spécialisés dans le septième Art notamment :

- "Pierre Brasseur" - Coauteur : Olivier Barrot aux éditions « Avant-scène » en 1974

- "Arletty" - en collaboration avec Philippe de Comes. Editions Henry Verrier (Plusieurs rééditions).

 

En 1984/1985, il participe au "Grand Dictionnaire illustré du CInéma" aux éditions Atlas.

 

En 1992, les éditions Encyclopedia Universalis font appel à ses connaissances pour éditer "L’Almanach du Cinéma". Cet ouvrage, réédité en 1995, obtint à l’occasion du centenaire du Cinématographe, le « Prix du Syndicat de la Critique du Livre de Cinéma ».

 

catégorie : » Equipe de la radio
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU .